• GHJOCHI 

     

     (accords Sunemu)

    CAPO3

     

    MI min/DO/LA min

    Baddaremu a guerra in corti di la scola

    LA min/RE/MI min

    Suldati d'una stonda cú li scusali scuri...

    MI min/DO/LA min

    E lu prufumu longu di sta risa chi svola

    LA min/RE …..SOL

    Sará d'inghjostru amaru é di cunfitura

     

    SOL/RE/MI min

    A spissu l'istatina, infiara l'aria bienna

    MI min/RE/SOL

    Da schjarisce in li visi, i nosci ochja ingridatti

    SOL/RE/MI min

    E tutti li sicreti spartuti dopu cena

    MI min/RE/MI min

    Ghjunti á li to labbra, só basgi impivarati

    MI min/RE/MI min

    Middi lumi d'arghjentu, di ramu e di mari

    MI min/RE/SOL

    in li vapori strani di la me zitiddina 

    SOL/RE/MI min

    Un firmaia piú nimu, era notti, mi pari

    MI min/RE/MI min

    E puri la to voci era cusi vicina...

     

    E po veni lu tempu, piu nudu é piu sicretu

    Paru á li to oghji d'isuli ch'un so mei

    Chi ciambotta li sensa é lu cori piu chetu

    Brusgendu per i strada u vanu di l'idei

    Mimoria vagabonda, immensa e fantina

    Inventa lindumani á senta lu so fiatu

    Ch'ormai i to ricorda ún so ché pulvarina

    U focu’lli so ghjorna m'há dighjá cunsumatu...

     

    Middi rimori dati com'é tanti pricheri

    E li sapori vani di cio chi un fu fattu

    Firmaiani li toi á di ch'é tú nun c'eri

    E tutti sti piaceri ch'eiu ún t'aghju cuntatu

    Middi rimi circati par di á tremavoci

    Ch'eiu ti tinia caru ma l'anni si so persi

    Ti sianu cuncessi sta tarra é una croci

    E com'é tistamenttu un pocu di sti versi...

     

    Jeux

     

    Nous jouerons à la guerre dans la cour de l’école

    Soldats de quelques instants aux sombres tabliers

    Et le long parfum de ce rire qui s’envole

    Serait-il d’encre amère ou de confitures

     

    Souvent l’été enflamme l’air innocent

    Pour que s’éclaire sur les visages nos regards froncés

    Et tous les secrets échangés après dîner

    Venus à tes lèvres, ce sont des baisers poivrés

     

    Mille lumières d’argent de rameaux et de mers

    Dans les vapeurs étranges de mon enfance

    Il ne restait plus personne, il me semble qu’il faisait nuit

    Et pourtant ta voix était si proche

     

    Et puis vient le temps plus intimes, plus secret

    Semblable à tes yeux d’îles, qui ne m’appartiennent

    Bouleversant les sens et apaisant les cœurs

    En brulant sur la route la futilité des idées

     

    Mémoire vagabonde immense et candide

    Imaginant des lendemains auprès de ton souffle

    Car désormais tes souvenirs ne sont que poussières

    Le feu de ses jours m’a déjà consommé

     

    Mille bruits donnés comme tant de prières

    Et les vaines saveurs de ce qui n’a pu être fait

    Il restait les tiennes pour traduire ton absence

    Et tous ces plaisirs que je ne t’ai pas racontés

     

    Mille rimes cueillies pour dire à voix tremblante

    Que je t’aimais mais les années se sont perdues

    Que cette terre et une croix te soient offertes

     

    Et comme testament un peu de ces vers

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • MCO 250, proposé par toinon zut, j'ai raté la date, bon je propose une longue vidéo qui est bien dans le sujet.

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • UN SCURDEMU U CORSU

     

    Ne vurebbe in tu me' cantu

    Divvi le me' intinzione 

    Un scurdemu mai lu corsu

    Nè in parolle, nè in canzone

    E guardemu lu ricordu 

    Ch'hà lasciatu ogni babbone.

     

    A dilla lu veru corsu

    Di a so' lingua nun s'inganna

    Ne pensu à tante parolle

    Quandu cantava minnanna

    Ancu filendu la rocca 

    O la sera à la capanna.

     

    A tutte quelle cantate

    In quellu tempu luntanu

    Ch'omu partia in aiuta

    A lu coglie di lu granu 

    Cuntenti l'omi è le donne

    Tutti cu le falce in manu.

     

    Ma oghje tuttu hè cambiatu

    Solu conta l'intaressu 

    Ognunu pensa à se stessu

    E l'altri venenu appressu

    Trovanu questa ben fatta

    Dicenu ch'hè lu progressu.

     

    Cio chi ci vola à spiegà

    Sopratuttu à li zitelli

    Stianu à sente lu cuccu

     Lu cantu di li sturnelli

    Chi cantanu sempre in corsu

    Inseme tutti st'acelli.

     

    Ne cantu lu rusignolu

    U merulu è la frisgiona

    Ognunu li da un versu

    Ma hè la stessa canzona

    Chi cantanu l'aria corsa

    Raligrendu ogni parsona.

     

    I cignali pè a campagna

    U muvrone in la furesta

    Intesu lu cantu corsu 

    Ognunu di pasce s'arresta

    L'ape escenu da u bugnu

    E tutte facenu festa.

     

    Quand' ellu sbarca u frustere

    O quantu hè smaravigliatu !

    Di e nostre belle cuntrate

    Stà à sente lu parlatu

    Va à vede à Monte Cintu

    Cu lu Capu Tafunatu.

     

    Quelli chi m'avete intesu

    Pensu ùn l'avete da scurdà

    E quandi vo' avete figlioli

    Ma la prima cosa à fà

    Amparateli lu corsu 

    A parlallu cu fiertà.

     

    Dominicu Leca

    UN SCURDEMU U CORSU - Dominicu Leca, dit "Furcatu":

    Plus de textes

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  • pour Clio

     

    Lamentu d'un chasseur pour son chien Bruscu, qui a trouvé la mort face à un sanglier.

     capo 1

    Mim  

    Bruscu l'avia chjamatu

    Lam                          Mim

    Un cane turcatu è neru

    Mim  

    Per la caccia rinnumatu

    Lam                             Mim

    Cunnisciutu in lu terzeru

    Si7                      Mim

    Causa di la so morte

    Si7                                     Mim

    Perch'ellu era troppu fieru.

     

    Fieru era cum'è un lione

    È nun avia paura

    Davanti à un battaglione

    Li si mettia in pettura

    Soca si cridia forte

    Ancu più chè la natura.

     

    Una mane di bon'ora

    Partimu à fà la battuta

    Chì ghjurnata di malora

    Ch'ella ùn fussi mai venuta

    Ch'ellu avia da more Bruscu

    Quale l'averia creduta.

     

    Un cignale pocu ombrosu

    Stava nentr'à un sepalaghju

    Bruscu troppu curagiosu

    Ùn lu muvia à l'abbaghju

    Si face entre per cacciallu

    Ma surtì cun pocu laziu.

     

    Un solu colpu di sanna

    Li tagliò lu core nettu

    S'ell'era stata la fiama

    D'un cultellu o d'un stilettu

    Per favurisce la morte

    Ùn facia più bell'effettu.

     

    La morte di u mio cane

    Ùn mi piace manc'appena

    Ma la vogliu suppurtane

    Bench'ella mi facia pena

    Chì saria stata peghju

    Per quella di Filumena.

     

    Avà seranu cuntenti

    Per la macchje li cignali

    Ùn temenu li so denti

    Nè mancu li mansellari

    Ùn li dava basgii dolci

    Chì ghjeranu morsi amari.

     

    Le levre di lu Canale

    Si ne ponu stà tranquille

    Bruscu ùn li face più male

    Finite sò le so sguille

    S'elle sanu ch'ellu hè mortu

    Seranu cuntente anch'elle.

     

    O Bruscu riposa in pace

    Ch'avà t'aghju vindicatu

    Quessa in Corsica si face

    Per un amicu fidatu

    Quellu chì hà tombu à tè

    Di piombu l'aghju stinzatu.

     

     

    Marcu Casanova

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  •  

     

     

     

    MCO 249

    Le première chose que je propose aux petits c'est "dessine un rêve"

    Rêve - dream - sonniu

    Mon rêve familier - Paul Verlaine - Léo Ferré


    Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
    D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,
    Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
    Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

    Car elle me comprend, et mon cœur transparent
    Pour elle seule, hélas! cesse d'être un problème
    Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
    Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

    Est-elle brune, blonde ou rousse? Je l'ignore.
    Son nom? Je me souviens qu'il est doux et sonore,
    Comme ceux des aimés que la vie exila.

    Son regard est pareil au regard des statues,
    Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
    L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

     

     

    Martin Luther King - I have a dream

     

    SONNIU - CANTA U POPULU CORSU

     

    Stendi la to manu o giuventù
    Strappendu u velu di schjavitù
    Per fà chì dumane
    Schiarisca e funtane
    Di la vita.

    Poni lu to sguardu o giuventù
    Nantu à tanti valori è virtù
    Per fà di l'amore
    Lu più bellu fiore
    Di la vita.

    RICANTU

    Sonniu di tanta sperenza
    Chì disceterà
    Un'aria di libertà
    Forza di tanta credenza
    Chì sustenerà
    E ragione di luttà.

    Apri lu to core o giuventù
    Sopra à la miseria, nant'à
    Tutta a natura sana
    Chì move è s'inganna
    Per la vita.

    Fà chì la to voce o giuventù
    Oramai ùn si taci mai più
    Di mughjà più forte
    Sopra à tante lotte
    Per la vita

     

     

    Rêve - dream - sonniu

     

     

    « Rêve... j’ai dit ce mot : « Il faut rêver », et je m’effraie », a-t-il écrit ironiquement. « Je me suis vu au Congrès du Parti, et en face de moi les camarades... Et voilà que se lève, menaçant, le camarade « un tel », et qu’il me dit : — « Permettez-moi de vous demander si la rédaction autonome du parti a le droit de rêver, sans avoir demandé l’autorisation des Comités du parti ! » — Et après lui, se lève, plus menaçant, le camarade « un autre tel » : — « Je vais plus loin, je demande si, en général, un marxiste a le droit de rêver, s’il n’oublie pas que, selon Marx... etc. » — À la seule idée de ces questions terribles, j’ai le frisson et je cherche où me cacher... J’essaierai de me cacher derrière Pissarev : — « Il y a deux sortes diverses de discordance entre le rêve et le réel. Mon rêve peut devancer la marche naturelle des événements ; ou bien il peut se jeter tout à fait de côté, là où aucune marche naturelle des événements n’arrivera jamais. Dans le premier cas, le rêve n’est pas mauvais, le rêve est bon, il peut soutenir et renforcer l’énergie. Il n’y a rien en lui qui paralyse ou qui dévie la force de travail. Tout au contraire ! Si l’homme était privé de la faculté de rêver ainsi, s’il ne pouvait parfois courir en avant et contempler par l’imagination l’œuvre complète, qui commence à peine à se former sous ses mains, comment pourrait-il entreprendre et mener à leur fin lointaine la vastitude épuisante de ses travaux ?... Rêvons, mais à la condition de croire sérieusement en notre rêve, d’examiner attentivement la vie réelle, de confronter nos observations avec notre rêve, de réaliser scrupuleusement notre fantaisie !... » — « Il faut rêver, reprend Lénine. Et cette sorte de rêve est malheureusement trop rare dans notre mouvement, par le fait de ceux-là mêmes qui s’enorgueillissent le plus de leur bon sens, de leur exacte approximation des choses concrètes. »

     

    Citation de Lénine extraite d'un article de ROMAIN ROLLAND paru dans Europe, n° 133, 1934.

    Partager via Gmail

    8 commentaires