• Per rompe a santa pace 

    Di a notte di Natale, 

    Dicembre avia sceltu 

    À prima ora vesperale 

    Di fà move à l'ispensata 

    Un funestu timpurale.

     

    Fraiu di tanu è timpesta

    Ne sufria la cuntrata

    Nu la piana à Cumineddu

    Da la neve accampata

    C' era una banda di capre

    A la morte cundannata

     

    A spicciera u pastore

    Corse ver di l'alta serra

    Da le borghe risunava

    U rughju di a fiumara

    Quandu chjama lu destinu

    Ùn c'hè forza chi u para.

     

    U duvere per la manu

    U s'hà presu, l'hà purtatu

    Fin'à la so bandarella,

    Mezu à ella hè cascatu

    Prima di francà la verga

    A u puntu signalatu.

     

    U pastore si murria

    À l'eternu si n'andava

    A banda di e so capre

    In chjerchju lu ricaldava

    Nu la notte negra è bianca

    A parca s'incaminava

     

    Mezu à le so caprarelle

    Si n 'hè mortu un gran pastore

    S'hè spentu quandu nascia

    U Bambinu redentore

    Ci aghju vistu cum'un cennu

    D'una manu superiore.

     

    Ci aghju vistu cum'un cennu

    D'una manu superiore.

     

    traduction

     

    Pour briser la quiétude 

    De la nuit de Noël 

    Décembre avait choisi 

    A l'heure vespérale

    De déchaîner soudain 

    Ses funestes tempêtes 

     

    Le fracas du tonnerre 

    Et les vents emportés 

    Faisaient trembler la terre

    Là-haut sur le plateau 

    Harcelé par la neige  

    Un troupeau condamné 

     

    Attendait son destin 

    Et la vallée roulait 

    Des eaux tumultueuses  

    Mais le berger soucieux  

    A entendu la voix 

    Et se hâte déjà 

    Vers le fatal appel

     

    Le devoir le mène  

    Jusqu'au troupeau perdu 

    C'est là qu'il est tombé 

    Des éléments victime

    Alors qu'il était près 

    De toucher à son but

     

    L'homme agonisant 

    Allant vers l'Eternel 

    Et son troupeau serré 

    En cercle lui faisait 

    Un giron de chaleur 

    Pendant qu'à la nuit noire  

    La faucheuse (la Parque) cheminait

     

    Au milieu de ses bêtes 

    Est mort ce grand pasteur 

    À ce moment précis 

    Où naît l'enfant Jésus 

    Et j'y vois comme un signe 

    Du plus haut descendu

     

    Et j'y vois comme un signe 

    Du plus haut descendu

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • A l’an que ven que se siam pas mai que siguem pas mens

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  •  (capo2) Fa Lam Fa Lam

     

    Fa                                                               Lam

    Fideghja la to pelle quandu lu soffiu chjaru

                                     Fa                             Lam

    D'un trattu una matina l'ha fattu sussinà.

                             Fa                             Lam

    Lascia le to ferite, issu ricordu amaru,

                           Fa                           Sol

    Ascolta lu to core, senti lu sussurà

     

             Lam                  Fa                Lam

    Ti dicerà, cum'ella pò esse sta vita

                    Fa                  Lam

    Cun la so richezza infinita

                Fa                 Sol

    E so belezze, ti dicerà...

     

    Fa Lam Fa Lam

     

    Fa                                                     Lam

    Ramentati li ghjorni di grazia zitellina

                              Fa                             Lam

    Di l'ore senza fine, à corre è caminà

                             Fa                                  Lam

    Fideghja la to terra, l'alba d'ogni matina

                            Fa                              Sol

    Ascolta lu so cantu, sentilu cantichjà

     

             Lam                      Fa                    Lam

    Ti dicerà, quantu preziosu hè lu to locu

                            Fa                  Lam

    D'un lascià spenghje lu to focu

                         Fa          Lam

    E tutte isse cose à salvà

     

                Fa                      Do

    Ti dicerà ciò ch'ùn si dice

                   Rém                 Do

    Tuttu l'impegnu chi ci volerà 

                Fa                      Do

    Per impettà senza fà nice

                    Rém                  Do

    Nè di un vede, nè di un sà

     

                Fa Do Rém Do

    Ti dicerà.......

                Fa Do Rém Do

    Ti dicerà.......

                Fa Do Rém Do

    Ti dicerà.......

     

    Lam Fa Rém Fa 

     

    Fa                                                               Lam

    Dà fine à li to lagni, tace li to suspiri

                             Fa                                     Lam

    Vedi senza paura, ciò ch'ellu ferma à fà.

     

    Auteur : Jean Philippe Guissani

    Compositeur : Maxime Merlandi

     

    Traduction issue du site des auteurs

    Il te dira

    Regarde ta peau que le souffle clair

    D'une brise matinale a fait frissonner

    Mets de côté tes blessures, le souvenir amer

    Ecoute ton cœur, entends le murmurer

    Il te dira comment peut être la vie

    Avec ses richesses infinies,

    Toutes ses beautés, il te dira…

    Rappelle-toi les jours de bonheur enfantin

    Des heures interminables à courir sans cesse

    Regarde ta terre, l'aube de chaque matin

    Ecoute son chant, entends le fredonner.

    Il te dira combien l'endroit où tu vis est précieux,

    De ne pas laisser s'éteindre le feu en toi

    Et toutes ces choses qu'il faut préserver

    Il te dira tout ce qui ne se dit pas

    L’engagement qu'il faudra avoir

    Pour faire face, sans faire semblant

    De ne rien voir, ni de ne rien savoir

    Il te dira....

    Cesse de gémir, fais taire tes soupirs

    Regarde sans crainte tout ce qu'il reste à accomplir

    Partager via Gmail

    9 commentaires
  • GHJOCHI 

     

     (accords Sunemu)

    CAPO3

     

    MI min/DO/LA min

    Baddaremu a guerra in corti di la scola

    LA min/RE/MI min

    Suldati d'una stonda cú li scusali scuri...

    MI min/DO/LA min

    E lu prufumu longu di sta risa chi svola

    LA min/RE …..SOL

    Sará d'inghjostru amaru é di cunfitura

     

    SOL/RE/MI min

    A spissu l'istatina, infiara l'aria bienna

    MI min/RE/SOL

    Da schjarisce in li visi, i nosci ochja ingridatti

    SOL/RE/MI min

    E tutti li sicreti spartuti dopu cena

    MI min/RE/MI min

    Ghjunti á li to labbra, só basgi impivarati

    MI min/RE/MI min

    Middi lumi d'arghjentu, di ramu e di mari

    MI min/RE/SOL

    in li vapori strani di la me zitiddina 

    SOL/RE/MI min

    Un firmaia piú nimu, era notti, mi pari

    MI min/RE/MI min

    E puri la to voci era cusi vicina...

     

    E po veni lu tempu, piu nudu é piu sicretu

    Paru á li to oghji d'isuli ch'un so mei

    Chi ciambotta li sensa é lu cori piu chetu

    Brusgendu per i strada u vanu di l'idei

    Mimoria vagabonda, immensa e fantina

    Inventa lindumani á senta lu so fiatu

    Ch'ormai i to ricorda ún so ché pulvarina

    U focu’lli so ghjorna m'há dighjá cunsumatu...

     

    Middi rimori dati com'é tanti pricheri

    E li sapori vani di cio chi un fu fattu

    Firmaiani li toi á di ch'é tú nun c'eri

    E tutti sti piaceri ch'eiu ún t'aghju cuntatu

    Middi rimi circati par di á tremavoci

    Ch'eiu ti tinia caru ma l'anni si so persi

    Ti sianu cuncessi sta tarra é una croci

    E com'é tistamenttu un pocu di sti versi...

     

    Jeux

     

    Nous jouerons à la guerre dans la cour de l’école

    Soldats de quelques instants aux sombres tabliers

    Et le long parfum de ce rire qui s’envole

    Serait-il d’encre amère ou de confitures

     

    Souvent l’été enflamme l’air innocent

    Pour que s’éclaire sur les visages nos regards froncés

    Et tous les secrets échangés après dîner

    Venus à tes lèvres, ce sont des baisers poivrés

     

    Mille lumières d’argent de rameaux et de mers

    Dans les vapeurs étranges de mon enfance

    Il ne restait plus personne, il me semble qu’il faisait nuit

    Et pourtant ta voix était si proche

     

    Et puis vient le temps plus intimes, plus secret

    Semblable à tes yeux d’îles, qui ne m’appartiennent

    Bouleversant les sens et apaisant les cœurs

    En brulant sur la route la futilité des idées

     

    Mémoire vagabonde immense et candide

    Imaginant des lendemains auprès de ton souffle

    Car désormais tes souvenirs ne sont que poussières

    Le feu de ses jours m’a déjà consommé

     

    Mille bruits donnés comme tant de prières

    Et les vaines saveurs de ce qui n’a pu être fait

    Il restait les tiennes pour traduire ton absence

    Et tous ces plaisirs que je ne t’ai pas racontés

     

    Mille rimes cueillies pour dire à voix tremblante

    Que je t’aimais mais les années se sont perdues

    Que cette terre et une croix te soient offertes

     

    Et comme testament un peu de ces vers

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • UN SCURDEMU U CORSU

     

    Ne vurebbe in tu me' cantu

    Divvi le me' intinzione 

    Un scurdemu mai lu corsu

    Nè in parolle, nè in canzone

    E guardemu lu ricordu 

    Ch'hà lasciatu ogni babbone.

     

    A dilla lu veru corsu

    Di a so' lingua nun s'inganna

    Ne pensu à tante parolle

    Quandu cantava minnanna

    Ancu filendu la rocca 

    O la sera à la capanna.

     

    A tutte quelle cantate

    In quellu tempu luntanu

    Ch'omu partia in aiuta

    A lu coglie di lu granu 

    Cuntenti l'omi è le donne

    Tutti cu le falce in manu.

     

    Ma oghje tuttu hè cambiatu

    Solu conta l'intaressu 

    Ognunu pensa à se stessu

    E l'altri venenu appressu

    Trovanu questa ben fatta

    Dicenu ch'hè lu progressu.

     

    Cio chi ci vola à spiegà

    Sopratuttu à li zitelli

    Stianu à sente lu cuccu

     Lu cantu di li sturnelli

    Chi cantanu sempre in corsu

    Inseme tutti st'acelli.

     

    Ne cantu lu rusignolu

    U merulu è la frisgiona

    Ognunu li da un versu

    Ma hè la stessa canzona

    Chi cantanu l'aria corsa

    Raligrendu ogni parsona.

     

    I cignali pè a campagna

    U muvrone in la furesta

    Intesu lu cantu corsu 

    Ognunu di pasce s'arresta

    L'ape escenu da u bugnu

    E tutte facenu festa.

     

    Quand' ellu sbarca u frustere

    O quantu hè smaravigliatu !

    Di e nostre belle cuntrate

    Stà à sente lu parlatu

    Va à vede à Monte Cintu

    Cu lu Capu Tafunatu.

     

    Quelli chi m'avete intesu

    Pensu ùn l'avete da scurdà

    E quandi vo' avete figlioli

    Ma la prima cosa à fà

    Amparateli lu corsu 

    A parlallu cu fiertà.

     

    Dominicu Leca

    UN SCURDEMU U CORSU - Dominicu Leca, dit "Furcatu":

    Plus de textes

    Partager via Gmail

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique