• Je remercie les personnes qui sont venues nous proposer leurs arbres.

    Je vous donne ceci pour vous remercier : c'est un texte de Ganga un auteur que je ne connaissais pas.

    Je l'ai lu aujourd'hui à la gare Saint Charles à Marseille. Ils ont installé un truc très sympa, un machine qui distribue des histoires, j'ai appuyé sur le bouton et il m'a donné ce qui suit sur une bande de papier.

    On peut trouver ce texte ici avec d'autres oeuvres de cet auteur. 

     

    Je suis un arbre (Ganga)

    Je suis de ces êtres que les lieux et les temps modifient.

    Et pourtant, je suis un arbre.
    Les pieds non pas sur terre, mais bien enfoncés dans la glaise. Je prends mes forces dans les rivières souterraines et j’élève très haut mes branches dans le bleu du ciel.

    Je suis un arbre dont les pensées vagabondent, et sur mes branches viennent se percher les oiseaux de mes nuits. Mes feuilles vertes, petites, s’agitent dans l’air du soir. Elles tombent avec regret, quand vient l’hiver.
    L’ultraviolet domine. J’abrite mes insectes, je me nourris de leur musique.
    Les chauves-souris caressent mon écorce de leurs ailes de velours ou d’amour. Et me regardent la tête à l’envers.
    Les enfants se jouent de moi. Et moi, je me joue de leurs rires et de leurs mains collantes.

    Je suis un arbre qui s’étire. Un arbre qui gémit, aussi. Je voyage, non pas immobile, dans les intempéries. Les nuages sont mes amis, marionnettes de mes rêves ou maîtres de ma santé.

    Je suis un arbre qui vit longtemps et qui peut se casser. Je veux être gravé d’un cœur fier pour l’éternité, un soir d’orage où deux fous s’abritent sous mes feuilles. Pour tout recommencer.

    ***

    Je suis un arbre planté sur sa colline face au lac.
    Un arbre photographié chaque saison par une femme bleue.
    Je suis l’arbre de la neige immobile et respirant à peine.
    Je suis l’arbre vert, aux feuilles qui se déplient, petits éventails heureux.
    Je suis l’arbre des grandes chaleurs, qui t’abrite de son ombre pour que tu puisses lire.

    L’arbre des partages silencieux.

    Et puis, je suis cet arbre flamboyant à la douleur criante. Je perds mes cheveux, qui colorent le vent, froissés dans les mains des enfants.

    Mais surtout, je suis là.

    Arbre de science et de péché, arbre de tes lettres d’amour, arbre piano, arbre aux secrets, arbre maison, arbre de feu.

    Je suis là. Sous ta main.

     

    Ont participé :

    Les arbres, merci.

    Clio

    Melo

    Renee

    Zaza

    Claudine/canelle

    Ellerium qui prend la suite

    et moi

    Merci c'était un régal.

     

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  • Poème d'Antoine Arrighi de Renno paru dans "Chansons rennoises" édité à Ajaccio en 1927 et que l'on peut lire en entier dans l'Annu Corsu 1927

    U castagnu Antoine Arrighi et Renno, image issue de son livre "Chansons rennoises"

     MAL'CUNCILIU - Jean-Paul Poletti

    l'arbre de tous les possibles, de la magie, des légendes, du rêve.

    Ici la version chantée par Jacky Micaelli disparue il y a quelques semaines, et qui chantera toujours ici.

    Le livre

    Le châtaignier est déjà bien présent sur Fasgianu :

    U castagnu innamuratu

    Salutu à tè o castagnu

    Lamentu di u castagnu à u corsu

     

     

     

     

    Merci à Clio pour la suivante :

    une version moderne du Lamentu di u castagnu à u corsu qui évoque le massacre de l'arbre à pain pour un profit immédiat et sans avenir.

    U castagnu

    Le lamentu de Paoli di Taglio est paru dans l'Annu corsu de 1924, on peut y voir ce cliché. La revue qualifie ce texte de "Lamentu famosu è a piu bella predica contru a destruzione di e nostre castagnete (...) è unu di i capi d'opara di a nostra lingua, unu di i canti i più degni di fà vive a gloria di u simpaticu pueta taglincu."

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Diana di l'alba - Amerindianu

    Analyse du chant dans Corse Matin

    Diana di l'alba - Amerindianu

    Amerindianu CAPO 3

    Mim Do
    Muntagne luminose è stese pulverose
    Ré Mim
    U sole per cumpagnu, avanzemu
    Mim Do
    Sò fieri i mo guerrieri, arditi i mo archeri
    Ré Mim
    Mancu ùn si sente un lagnu, cavalchemu

    Ripigliu :

    Sol Ré
    In lu core di li mei, hè sempre lu veranu,
    Sol Ré
    Senza timore, sanu parlà cù li Dei,
    Do Mim
    U Spiritu Maiò, mai ùn mi stà luntanu,
    Ré Mim
    E mi parla pianu pianu

    Mim Do
    Serenu u mo cininu, riposa nant’à u spinu,
    Ré Mim
    Di a donna chì s’arca, hè un surrisu
    Mim Do
    Quand’ella dorme infine, sott’à i raggi turchini,
    Ré Mim
    Di a luna, l’usciu varca u Paradisu

    Ripigliu
    Mim Do
    Fora, intorn’à le fiamme, s’adduniscenu l’alme,
    Ré Mim
    In un cantu vulendu sin’à e stelle
    Mim Do
    Da le bocche sfiatate, di li vechji cascate,
    Ré Mim
    Si sentenu legende è riturnelle

    Ripigliu

    Mim Do
    Quandu l’acqua ghjè scarsa, è chì a terra arsa
    Ré Mim
    Diventa infeconda, noi ballemu
    Mim Do
    Aspittendu d’un ghjornu, più bellu lu ritornu,
    Ré Mim
    E u celu iracondu, noi prechemu

    Ripigliu

    Mim Do
    Figli di i figli mei, stu cantu hè dedicatu,
    Ré Mim
    A voi, sradicati, affinchè di li Dei,
    Mim Do
    Un Spiritù maiò ùn vi stia luntanu,
    Ré Mim
    Voi Indiani Americani…

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Bonjour les amies de MCO ...

    ... donc pour MCO 283, pour le 31 janvier, je propose "arbre" un ou des arbres qui jouent un rôle dans une chanson.

    L'arbre ce peut être l'écologie, ou la maison, chez soi, ou un garde manger, un arbre ça peut parler, pousser, protéger, caresser ... 

    A vous de voir.

    "Pour réussir sa vie, un homme doit faire un enfant, écrire un livre et planter un arbre." Compay Segundo

     

    L'arbre qui nous nourrit ...

    La maison, chez soi ...

    Il n'a pas trouvé mieux 
    Que son lopin de terre 
    Que son vieil arbre tordu au milieu 
    Trouver mieux que la douce lumière du soir
    Près du feu qui réchauffait son père 
    Et la troupe entière de ses aïeux 
    Le soleil sur les murs de poussière 
    Il n'a pas trouvé mieux

    ... les racines

    Il était une feuille avec ses lignes

    Ligne de vie

    Ligne de chance 

    Ligne de cœur.

    Il était un arbre au bout de la branche.

    Un arbre digne de vie

    Digne de chance

    Digne de cœur.

    Cœur gravé, percé, transpercé,

    Un arbre que nul jamais ne vit.

    Il était des racines au bout de l'arbre.

    Racines vignes de vie

    Vignes de chance

    Vignes de cœur.

    Au bout des racines il était la terre.

    La terre tout court

    La terre toute ronde

    La terre toute seule au travers du ciel

    La terre.

    Robert Desnos

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Madonna - Justify My Love

    De toute manière Madonna est une incarnation de la sensualité.

     

    Partager via Gmail

    7 commentaires