• Pour ma puce

    Les images de la vidéo sont tirées de l'excellent film « LE SILENCE » d'Orso MIRET

     

    (Accords pris sur le site SUNEMU )

    Em / Bm
    U me cori hè fasciatu,
    Am / Em
    d'imbasciata cussi bedda
    Em / Bm
    partu oghji a stringhja mani
    Am / Em
    chi ci hà ricatu a morti

    C / Am / D
    hà da essa quiddu ghjornu
    Bm / Em
    stunatu 'lla noscia accolta
    C / G
    e u ventu s'hà da arreghja
    B7 / Em
    da subra 'rena
    Em / D
    chi ci faci da locu

    C / G
    da tantu tempu
    B7 / Em
    da tanti stundi
    Em / B7
    un voli essa più quì
    B7 / Em / C / Em / C
    chi ci veni à calmina

    è u mari si pirdarà
    in i sò abbissa neri
    u marosu si n'hà da andà
    à casticà altri spondi
    pà ave stiratu indarru
    a piaghja di i feriti
    è di vidi abbandunata
    quidda vindetta
    a vindetta bramata
    pà tanti secula
    pà tanti morti
    tanta ghjenti lampata
    senza avè gosu vita

    sarà pattu à bastanza
    a strinta di i nosci mani
    campusanta inchjudati
    pà subr'à tanti ricorda
    chi ci dicenu chi sò innumici
    a sò stidda è a luna
    aghju u cori fasciatu
    d'una imbasciata bedda
    a scumissa s'hè scemma
    di vulè f! À i paci
    aghju u cori fasciatu
    d'una spiranza ardita (G.Thiers)

    LA MISSION
    J’ai le cœur drapé
    d’une mission bien belle
    je pars tantôt serrer la main
    qui fut pour nous mortelle
    ce jour-là sera stupéfié
    de nous voir nous rencontrer
    Et le vent va cesser
    au-dessus de ce sable
    qui nous tient lieu d’endroit
    depuis tant de temps
    depuis tant d’épreuves
    il n’y a plus sa place
    c’est l’accalmie qui vient
    Et la mer va se perdre
    dans ses profondeurs sombres
    les lames s’en iront
    tracasser d’autres rives
    lasses d’avoir lissé
    la plage des blessures
    de voir abandonnée
    la terrible vengeance
    la vengeance appelée
    pour tous ces siècles
    pour tous ces morts
    tous ces gens frappés
    avant d’avoir vécu
    Est-ce pacte suffisant
    que se serrent nos mains
    cimetières bouclés
    sur tant de souvenirs
    qui disent ennemis
    l’étoile et le croissant?
    J’ai le cœur drapé
    d’une mission bien belle
    le pari en est fou
    de vouloir faire la paix
    j’ai le cœur drapé
    d’une espérance osée

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • QUANTU SÌ CAMBIATA - Ghjacumu FUSINA

     Merci Micka :)

    QUANTU SÌ CAMBIATA (Mim, Lam, capo 1)

    S'è tù ti n'avveni la mio innamurata
    ne fecemu noi prumesse sulenne
    ancu senza festa per quelle le strenne
    la volsemu bella la nostra abbracciata
    ma oghje mi pare di sente e tintenne
    o Corsica mea quantu sì cambiata

    Sè tu t'arricordi di quella sbarcata
    colmi di speranze è di l'allegria
    c'era in core à noi cumu diceria
    un rispiru novu d'una sventulata
    mi parenu oghje tutte niscentrie
    o Corsica mea quantu sì cambiata

    Un paese spentu da la spenserata
    a campagna guasta da u lasciacorre
    a cità chì  ride di lu so rimore
    ogni cosa cara la sentu sbandata
    hè ghjunta amarezza ind'u nostru amore
    o Corsica mea quantu sì cambiata

    Da lu sognu fieru chì ti fece fata
    purtatu da l'omi nostri più sinceri
    à lu celu d'oghje dopu à quellu d'eri
    mi pare chì tuttu pigli la falata
    s'approntinu ghjorni d'angoscia è penseri
    o Corsica mea quantu sì cambiata

    Ma ùn vogliu perde la sperenza amata
    nè la vogliu sente la to malacella
    in mare turchinu una navicella
    mi fermerà in core, di neve impannata
    è in la mio memoria ci luce la stella
    di Corsica mea ch'ùn hè ma’ cambiata

     

     

    COMME TU AS CHANGÉ


    T'en souvient-il ma bien aimée
    des promesses et des serments
    et des étrennes des amants?
    C'était le temps de l'accordée
    mais aujourd'hui qu'est-ce que j'entends?
    Ô ma Corse, tu as bien changé!

    T'en souvient-il de notre arrivée
    de notre espoir, de l'allégresse
    avec au coeurs nos grands projets
    et ce souffle nouveau aussi?
    Qu'en reste-t-il aujourd'hui?
    Ô ma Corse, tu as bien changé!

    Un village s'est éteint d'être délaissé
    et la campagne meurt du laisser-aller
    la ville se complaît à son propre bruit
    chaque chose chère semble s'éloigner
    l'amertume dans l'amour est entrée
    ô ma Corse, tu as bien changé!

    Du songe si fier qui sut te faire fée
    par les plus sincères des nôtres portée
    au ciel d'aujourd'hui après celui d'hier
    tout, me semble-t-il, a bien régressé
    des jours d'angoisse et de souci s'annoncent
    ô ma Corse, tu as bien changé!

    Mais je ne veux perdre l'espérance ailée
    ni ne veux entendre les mauvais augures
    une île-navire dans la mer d'azur
    nous demeure au coeur, de neige coiffée
    et dans ma mémoire brillera toujours l'étoile
    de ma Corse belle qui n'a point changé!
     
    Traduction de Jacques Fusina prise sur le site UNA SI TU
     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Partager via Gmail

    6 commentaires
  • Lamentu di u castagnu a u Corsu… La complainte du châtaignier aux Corses.

    Or chi l’averaghju fattu
    A lu Corsu cusi ingratu,
    Chi m’ha fattu la sentenza
    E a morte m’ha cundannatu
    Senza sente testimoni
    Né cunsultà lu giuratu.

    Ai-je commis quelque outrage A l’égard du Corse ingrat ? "A MORT" voilà son langage. Quel jugement scélérat, Sans le moindre témoignage Et sans le moindre débat.

    M’ha dichjaratu la guerra
    Cum’ à un veru malfattore,
    M’hà messu li sbiri appressu
    Chi m’attaccanu terrore.
    O Corsu, rifletti un pocu,
    Bersu mè si sè còre !

    Il m’a déclaré la guerre Comme au plus grand malfaiteur, Ses sbires, que j’ai derrière, Mettent mon corps en moiteur. Réfléchis, Corse, mon frère, De quel cœur es-tu porteur ?

    Cume à un banditu di forca
    Tu m’hai messu lu taglione ;
    Di tutta la miò famiglia
    Vòli la distruzzione.
    O Corsu, s’ella ti piace
    Dammi una spegazione.

    Qui m’abat reçoit la prime De qui prend un malandrin De ma race, qu’on décime, Tu veux voir venir la fin. S’il te plait, pour ta victime, D’où vient donc tout ton venin ?

    M’hai pigliatu all’arma bianca
    Tu per esse più sicuru
    Quandu improntu li miò fiori,
    Quandu lu fruttu è maturu,
    Nun mi porti alcun rispettu
    O Corsu, sì cusì duru !

    Tu t’y mets à l’arme blanche, Afin d’être un peu plus sûr, Quand la fleur est sur la branche Ou le fruit près d’être mûr. Quel respect, quand je me penche Vers toi, Corse, au cœur si dur.

    Ne vòli vede la fine,
    Tu nun guardi la stagione,
    Cull’armi sempre in campagna
    La mazzòla e lu sigone,
    Da la mattina a la sera
    Batti senza cumpassione.

    Tant que la fin n’est sonnée, La saison t’importe peu. Scie et coins, dans ta tournée, Exécutent sans non-lieu. Frapper toute la journée N’est pour toi qu’un noble jeu.

    Subitu tagliatu in piezzi
    È per mettemi in pappina,
    Chjami li tò mulatteri
    Per cunducemi all’usina.
    O Corsu, riffletti è pensa
    Chi faci la to ruina !
     
    Ta main, dès que je m’incline, Me réduit à presque rien. A me conduire à l’usine, Tes mulets s’entendent bien. Pourtant tu fais ta ruine, Réfléchis comme l’ancien.

    A un supplizziu senza nome,
    O Corsu, m’hai cundannatu :
    A passà sottu a le seghe
    E cose cume un dannatu
    E in botte chjerchjate in ferru
    Sò subitu imprigiunatu.

    A quel supplice innommable, Corse, m’as-tu condamné. A la scie impitoyable, Succède un feu de damné Qui fait d’un suc impayable Un pauvre acide entonné.

    Un sentu in tutte le borghe
    Che tintenne e tintinnomi,
    Bestemmie di mulatteri,
    Lu fischiu di li sigoni,
    E di mule carri e treni
    N’hè pienu strade e stradoni.

    On entend dans ces vallées Bruits rythmés de lourds grelots Jurons, mules emballées, De la scie aigres échos. De mes fibres trimballées La route entend les sanglots.

    U lamentu di u castagnu a u corsu - Paoli di Tagliu

    Hè une guerra dichjarata,
    Un hè micca guerra finta,
    Un si pensa ad’altre cose
    Un si pensa che à fà tinta ;
    La miò povera famiglia
    S’ella dura hè prestu spinta !

    Cette guerre déclarée Est loin d’être un jeu d’enfants. La chimie est préférée Avec ses moyens tentants, Et ma famille épeurée Va s’éteindre avant longtemps.

    Un ti ne ricordi più
    Corsu, di li tempi andati ?
    Si Sampiru è Sambucucciu
    Di tutti li to antennati.
    Quandu di tanti nemici
    Eranu sempre assaltati ?

    As-tu perdu souvenance, Corse, des temps révolus ? Sampiero, plein de vaillance, Sambucucciu de vertus, Usaient par leur résistance Tant d’ennemis résolus.

    Qual’hè chi li succuria ?
    Chi si dava tenta pena ?
    Qual’hè chi li mantenia
    Ben purtanti è a penza piena ?
    Li miò frutti inzuccarati,
    O Corsu, rifletti appena.

    Qui soutenait tes ancêtres ? Qui fournissait tout l’effort Pour nourrir ces pauvres êtres Dont le moindre était si fort ? Les séchoirs jusqu’aux fenêtres, Bondés par mon seul effort.

    Un ti ne ricordi più,
    Una sera à lu fucone,
    Tutta la to famigliòla
    Cantava lu lazarone.
    Eramu in veneri sera
    Di pane mancu un buccone.

    La bûche était adorée Un vendredi soir en vain Par ta famille serrée Que tenaillait fort la faim. Ce soir, elle était sevrée Du moindre morceau de pain.

    Qual’hè chi ti succurì,
    O Corsu, in quella sirata ?
    Chi mittiste la paghjòla
    E feste una pulindata,
    E cusì passate alegru
    Lu restu di la nuttata.

    D’où vient le secours bien vite En ce mémorable soir ? Une polenta gratuite En cercle vous fit asseoir Pour passer l’heure maudite Puis dormir avec l’espoir.

    Un annu n’ùn ci fù granu
    E’ d’orzu mancu un granellu,
    Fiore tandu un ne sbarcava,
    Tremave da lu tardellu
    Chì ti dava Mamma Piera
    E avale ùn sì più quellu !

    Une fois, ce fut disette. Pas plus d’orge que de blé. D’envois de la Joliette, Nul alors n’avait parlé. Pour ta faim, quelle récolte ? Tu n’es plus aussi troublé.
     
    Qual’hè chi ti rilevò,
    O Corsu, in quella stagione ?
    Chi t’empia di pisticcine
    Ogni sabbatu un curbone ?
    E pò avale ti sì messu
    O Corsu, a fà lu briccone !

    D’où te vient le sauvetage, O Corse, en cette saison ? Le samedi, au village Eût mes gâteaux à foison. Maintenant, Corse, volage, Tu veux perdre la raison.

    Guarda quante impasculate,
    Quanti colpi aghju paratu !
    Da la fame quante volte,
    O Corsu, t’aghju salvatu !
    Ed’avà da gran nemicu
    Versu mè sì dichjaratu !

    Voici les moments difficiles Auxquels pour toi j’ai paré. Le dernier des domiciles, Fût la faim libérée. Hors, pour des motifs futiles, Contre moi tu t’es cabré.

    Ti vindii li miò frutti
    E impattavi li tò affari,
    Vistii li to figliòli,
    Rigulavi li scarpari,
    Ingrassavi lu purcellu,
    Tutti l’anni avii danari.

    Tu tirais de mes largesses De quoi boucher tous les trous Chaussures, habits, tes espèces Te permettaient tous les goûts. Le porc s’aveuglait de graisse Et, chez toi, sonnaient les sous.

    Cantava lu mulinaru
    Ch’avia piennu lu mulinu,
    Lu cavallu galuppava
    Sottu à lu so carruzzinu,
    Chi per tutti lu miò fruttu
    Era, O Corsu, un gran festinu.

    Du meunier ta voix vibrante Chantait la vie au moulin, Et l’allure était dansante Du cheval sur le chemin La châtaigne appétissante Valait seule un bon festin.

    Tu facii porte e purtelli,
    Sulaghji, casce e cascioni,
    Intempiavi la to casa
    In cu travi e cantilloni
    Grazia, Ò Corsu, è pur la sai,
    A li miò gran figliuloni.

    Tu devais portes et fenêtres, Armoires, planchers et bancs, Charpentes simples mais fortes D’un bois défiant les ans, Et meubles de toutes sortes, A mes fils devenus grands.

    U lamentu di u castagnu a u corsu - Paoli di Tagliu


    Ancu sin’à la to cascia
    Quandu parti à l’altru mondu
    Ti furniscu, è stà sicuru,
    O Corsu, ch’iò nun confondu ;
    Bastardu di Sambucucciu
    Almenu rifletti a fondu !
     
    Ta bière à l’heure suprême, Sera faite dans retard Du bois de l’arbre qui t’aime Et qui n’est pas un vantard. Réfléchis, rentre en toi-même, De Sambucucciu bâtard.

    Quandu la guerra hè finita
    Chi sarà di tè, mischinu ?
    Zappa puru lu to fornu
    E chjodi puru lu to mulinu.
    Parterai per lu mondu
    Errante, senza un quattrinu.

    Quand finira cette guerre Que deviendras-tu mesquin ? Ton four ne servira guère, Moins encore ton moulin. Tu courras la terre entière, Errant, sans un fifrelin.

    Ne farai lu tenistaffa
    O sinnò lu lustra botte,
    Durmerai cume li cani,
    Quandu venerà la notte,
    Perchè vindetta dumanda
    L’arburu di le ballote !

    Ou tu cireras les bottes Ou tu tiendras l’étrier. Tu passeras dans les grottes Tes nuits comme un sanglier. L’arbre qui fait les ballottes A soif de te châtier.

    Sempre cu li stracia à collu
    Passerai piani è muntagne,
    Camperai à erbiglie crude
    Racolte nu le campagne
    Perché vindetta dumanda
    L’arburu di le castagne !

    De la plaine à la montagne On te verra loqueteux, Demandant à la campagne Le repos le moins coûteux. Le châtaignier t’accompagne De sa haine, vaniteux.

    La to cumpagna di strada
    Sarà sempre Mamma Piera,
    Per tuttu la truverai,
    Sempre ti sarà sincera.
    Ti farà di la so scorta
    Corsu, lu porta bandera.

    Tu trouveras sur ta route La faim qui conseillera, Si fière d’être à toi toute Que partout elle suivra Portant bien haut, je l’ajoute, Ton drapeau qu’elle vendra.
     
    E famitu cume un braccu
    Criparai dentru à un fossu,
    Li patroni di l’usine
    Diceranu : ‘’Terra adossu !
    Chi lu mostru affare hè fattu.’’
    Pensa bè, rifletti, O Corsu !

    Tu mourras dans une ornière Affamé comme un vieux chien.Et l’usinier dira "Terre, Tant pis s’il n’avait plus rien, Quant à moi, j’ai fait mon affaire." Corse, réfléchis-y bien.
     
    Chi ti pòi sempre rimette
    Di tutti l’errori e sbagli,
    Mandali à fà le canagli !
    Chi cusì abanduneranu
    L’usine cù li travagli.

    Tu te remettras peut-être De tant d’erreurs et de maux. Mais il faut envoyer paître Tes exploiteurs déloyaux. Toute usine, sans un maître, Doit cesser tous ses travaux.

    E lu to caru Castagnu
    Risterà duv’elle hè natu
    A lampatti lu so fruttu
    Tantu dolce è inzuccheratu ;
    E cusì sarai, O Corsu,
    Cum’è nanzu invidiatu.

    Et le châtaignier sincère Restera dans le pays, Pour te donner sans prière Le sucre de fruits exquis. Envié comme naguère, Tu seras, Corse, compris.

    Paoli di Taglio (traduction du capitaine Paulu Arrighi de Casanova).

     

    L'accordi

    Mim               Si7       Mim                          Si7     Mim

    Or chì l'averaghju fattu / À lu Corsu cusì ingratu

    Lam                              Mim        Lam              Si7     Mim

    Chì m'hà fattu la sintenza / È à morte cundannatu

    Lam                       Mim       Lam                Si7        Mim 

    Senza sente tistimonii / Nè cunsultà lu ghjuratu

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • Le chant des maquisards, écrit par Simon Vinciguerra en 1943

    Le chant des maquisards - Simon Vinciguerra

     

    Di a guerra e scoppiatu lu rombu.
    U nimicu ha bercatu lu mar
    Ma Sampieru ha sonatu Culombu
    E all'armi ci torn'a chiamar.

     

    Porta in senu la Patria chi langue
    E speranza di l'umanità.
    Ed e pronta a spossà la so sangue
    Per un mondu di fraternità.

     

    Ripigliu

     

    Macchi corsa ! Banditi d'onore
    No'saremu in nome d'a Libertà.
    Ritti o Corsi per vince o per more
    Tutt'uniti, in una voluntà !

     

    Le fracas de la guerre a éclaté.
    L'ennemi a franchi la mer
    Mais Sampiero a sonné le Colombo
    et il nous rappelle aux armes.

     

    La Patrie douloureuse porte en son sein
    Les espoirs de l'humanité.
    Et elle est prête à épuiser son sang
    Pour un monde de fraternité.

     

    Refrain

     

    Maquis corse ! Nous serons bandits d'honneur !
    Au nom de la Liberté.
    Corses debout pour vaincre ou pour mourir
    Tous unis dans une même volonté !

    Le chant des maquisards - Simon Vinciguerra

    Partager via Gmail

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique