• I messageri - Manc'un addiu

    A ceux qui pleurent et à ceux qui partent trop tôt, j'ai lu une nouvelle hier qui m'a rendu le cœur triste.

    Attention les enfants, s'il vous plaît !

    "Depuis l'annonce vendredi matin de l'accident de Piedigriggio qui a fait quatre victimes, en Balagne et plus particulièrement à l'Ile-Rousse d'où la plupart des victimes étaient originaires ou étaient installées, c'est la consternation. La cité paoline est en état de choc."  (Corse Net Infos)

    I messageri - Manc'un addiu

     

    Mim

    Un aghju manc’appena durmitu

    Re

    Sentu qualcosa d’indefinitu

    lam

    Eppo issa chjama m’hà feritu

    simin/mim

    L’oimè in casa s’hè fattu nidu

     

    Mim

    Lu mio core hè marturitu

    Re

    Chì di lenzolu sì ingutuppatu

    Lam

    In una stonda sì partutu

    Simin/mim

    O tù figliolu, u mio solu meritu

     

    lam/Sim/Mim

    Ma ti ne sì andatu…

    Lam/sim/Mim

    Ma ti ne sì andatu…

     

    Mancu un addiu, ghjustu pienti è caternu

    Ch’aghju lasciatu partendu à l’eternu

    È tù o Bà, amore à sempiternu

    Mi mandi basgi da distrughje l’infernu

     

    Pettu di Babbu, senu di Mamma

    Cari di voi, erate la mio fiamma

    La mio anima è la mio brama

    Si cunsumanu ind’una lacrima

     

    Ma mi ne sò andatu…

    Ma mi ne sò andatu…

     

    Mim/re/do/re

    Cum’e isse stelle fiurite

    Mim/re/do/re

    A long’à isse strade indulite

    Mim/re/do/re/Mim

    Piengu accantu à isse sculpite

    Ré/ lam/sim/ Mim

    Ricordi di giovane vite

     

    Lam/sim/mim

    Ma dimmi perchè tù ?

    Lam/re/Mim

    È l’altri dinù ?

    Lam/sim

    E ti ne si andatu …

     

    Pas même un adieu

    je n'ai pas dormi un instant
    je sens quelque chose indéfinissable
    Lorsque cet appel m'a frappé
    le malheur est entrée dans notre maison

    Mon cœur est meurtri
    tu es enveloppé d'un linceul
    en un instant tu es parti
    toi mon fil mon seul trésor

    mais tu t'en es allé
    mais tu t'en es allé

    pas même un adieu juste des pleurs et la souffrance
    que j ai laissé en partant pour l’éternité
    et toi, mon père que j'aime pour toujours
    tu m envoies des baisers à détruire l'enfer

    cœur de mon père, sein de ma mère
    mes chers parents vous étiez ma flamme
    chaque désirs, mon âme même
    se consument dans une larme

    mais je m'en suis allé
    mais je m en suis allé

    comme ces étoiles qui brillent
    au long des chemins du deuil
    je pleure sur ces tombes
    souvenirs de jeunes vies
    mais dis moi pourquoi toi
    et les autres aussi
    et tu es parti.....

    Accords et traduction pris sur le site Sunemu

    La rose est de TheCherinette

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Ti vurria dì

    Accords pris sur Sunemu

    Capo 3

     

    Lam / Mi

    Ti vurria dì, fratellu terraniu

    Lam / Do-Rém

    Ti vurria dì, chì eo sò orfaniu

    Rém / lam

    D'un idea santa, d'un lume supranu

    Sol / Mi

    Chì schjariva l'ore in primu veranu.

     

    Ti vogliu cuntà un locu più bellu

    Un spechju arrimbatu à un core zitellu

    Chì l'omu incabbiatu metisse à bramà

    Per stancià a so sete di fraternità.

     

    Do / Sol

    È ti vogliù dì chì u mio core pienghje

    Lam / Mi / Fa

    Un zitellu caru, una libertà

    Fa / Do

    Chì solu l'amore puderà fà spenghje

    Do / Rém / Fa-Mi

    Issu focu sanguinosu in la so pietà.

     

    Tì vurria dì, issa petra fatata

    Chjara cum'è l'acque di lu sunnià

    Chì ribomba in core ad ogni cantata

    Cum'è una parulla ragiu d'unità

     

    Eo vurria scrive issi passi cun tè

    Nantu à un'aria nova di terra impastata

    Cambiendu isse brame di pocu valè

    in farfalle d'oru ad ogni abbrucata

     

    Poi infine ditti chì u mio core spera

    In un'alba chjara, in a libertà

    Micca in quelle nera chì rima cun guerra

    Ma in issa stella rara, detta umanità.

     

    Adaptation trouvée sur la page FB de Angélique Bazziconi

     

    Je voulais te dire, frère de cette terre
    Je voulais te dire : je suis orphelin
    D'une noble idée et d'une lumière
    Qui illuminait chaque heure du matin.

     

    Je veux te décrire un nouvel Eden
    comme le reflet pur d'un coeur délivré
    Que l'homme étriqué se libère des chaines
    Pour pouvoir enfin se mettre à rever

    Et je veux te dire combien j'ai pleuré
    Un frère un ami une liberté
    Et seulement l'amour pourra faire cesser
    Ce feu meurtrier, au moins par pitié

    Je voulais donner cette pierre magique
    Claire autant que le sont ces eaux rêvées
    Qui nous frappent au coeur comme une musique
    Comme un seul mot pour nous rassembler

    Je voulais inscrire ces pas avec toi
    Sur un chemin blanc de paix et d'espoir
    Changer ces désirs qui ne nous vont pas
    En papillons d'or sur nos nouveaux soirs

    Puis enfin te dire que mon coeur espère
    Cette aube plus claire, cette liberté
    Mais surtout pas celle qui porte la guerre
    Mais celle qui grandit dans l'humanité

    (très)libre adaptation / ti vurria dì (JC Papi / M Cacciaguerra)

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le petit âne corse

     

    Lam

    Le petit âne corse

    Rém                            Lam

    S’en va dans les sentiers

            Mi7                 Lam

    Donnant toute sa force

             Mi                 Lam

    Pour ne pas « sboulicher »

     

    A cantu Dominique

    Ne cesse de le flatter

    Lui donnant la réplique

    Sans cesser de chanter

     

    Rém

    "Caru sumeru

                             Lam

    Le jour va se lever

                                      Mi7

    Ne perd pas ta confiance

                                       Lam

    Nous allons arriver

     

    Dans la poussière

    Tu pourras te rouler

    Con-tre les pierres

    Tu pourras te frotter

     

    Petit âne corse

    Il faudra m'emmener

    Jusqu’à celle que j'aime

    Ma douce fiancée

     

    Tu frapperas la porte

    De tes petits sabots

    Attendant qu'elle sorte

    Me donner lu basgiu

     

    Caru sumeru

    Si tu te sens gêné

    Tu baisseras la tête

    Quand je l'embrasserai

     

    À la chapelle

    Nous irons sans tarder

    Pour qu'avec elle

    Je puisse me marier

     

    O caru sumerò

    De l'île de beauté

    Tu resteras fidèle

    Fidèle à nos côtés

     

    Et dans tous les villages

    Tu iras promener

    Nos petits enfants sages

    Les écoutant chanter

     

    Caru sumeru

    Toujours tu resteras

    L’ami de la famille

    Comme disait papa

     

    Caru sumeru

    Si un jour tu t'en vas

    N’oublie pas que chez nous

    Nous penserons à toi

     

    Et tous les ânes corses

    Viendront t'accompagner

    À ton dernier repos

    Là sous les châtaigniers

     

    Et tous les ânes corses

    Viendront t'accompagner

    À ton dernier repos

    Là sous les châtaigniers

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • (Accords  issus du site Sunemu)

    ...

     

    CAPO 1

    Mim / Ré

     U silenziu si hè spartu, chì ùn funi attarzati

    Si7 / Mim

    nè l'ossa nè u sangu. Ùn cunnobbini quì

    Ré / Sol / Lam

    pietà nè cumpassioni, i Cristiani mandati

    Do(Lam) / Si7 / Mim

    à tumbà i cristiani : ci vulia à pulì

     

    MI min/Re / Sol

    Issa tarra d'arasia, di felu è di vilenu,

    SOL/Lam / Do(Lam) / Mim

    acciaccà si li tutti, maiori è criaturi!

    MI min/Ré / Sol

    Solu u Criatori cù lu so Santu Sennu

    SOL/Lam / Si7 / Mim

    sciddarà-trà i morti-quiddi chì funi puri!

     

    Mim / Ré / Mim

    DIES IRAE DIES ILLA

    Mim / Sim / Mim

    SOLVET SAECLUM IN FAVILLA

    Mim / Ré / Mim

    DIES IRAE DIES ILLA

    Mim / Sim / Si7 (Mim)

    SOLVET SAECLUM IN FAVILLA

     

    Sol / Ré

    "Ùn volsimi accittà di Roma la duttrina,

    Do / Mim

    cusì la noscia fedi duvintò suffrimentu!

    Sol / Ré

    Si ni morsi issa luci, ditta San'Ghjuvannina

    Do / Mim

    dopu l'ultimu abbracciu di u Cunsulamentu!

     

    DIES IRAE DIES ILLA

    SOLVET SAECLUM IN FAVILLA

     

    Santa fù la Cruciata! Inghjustu lu turmentu!

     Solu par Cristu in cruci fù più cruda a sintenza!

     Ci fù datu prighendu! l'ultimu Sacramentu

    di lu focu è lu farru! Dulenti pintenza!"

     

    DIES IRAE DIES ILLA

    SOLVET SAECLUM IN FAVILLA

     

    Po'di li Ghjuvannali a stirpa, a sumenti

     prestu fù missa in fossa... È issi castichi grevi

     pesani in a mimoria, è ghjacini in a menti

    da ch'idda campi in paci, di Carbini a pievi!

    I ghjuvannali - Canta u populu corsu 

    Un lourd silence s’est fait puisque ne furent épargnés
    ni les os ni le sang. IIs ne connurent par ces contrés
    ni pitié ni compassion, des chrétiens avaient été envoyés
    pour tuer d’autres chrétiens : il fallait nettoyer.

    Cette terre, de fiel et de venin est en hérésie
    Il faut les abattre tous, adultes et enfants !
    Le créateur, seul, avec son saint esprit
    Choisira parmi les morts ceux qui étaient innocents

    Jour de colère que ce jour là
    il réduira le monde en cendres

    « la doctrine romaine nous ne pouvions l’accepter,
    notre torture fut le prix de notre piété
    la lumière de Saint Jean s’est mise à vaciller
    après le  Consolamentum et le dernier baiser

    Jour de colère que ce jour là
    il réduira le monde en cendres

    Sainte fut la croisade ! Injuste le châtiment !
    Seul le Christ sur sa croix connut plus cruelle sentence
    On nous donna en priant les derniers sacrements
    par le feu et le fer ! Douloureuse repentance !

    Jour de colère que ce jour là
    il réduira le monde en cendres

    Enfants et parents des Giovannali
    après ces châtiments furent vite ensevelis…
    tout cela reste dans les mémoires et hantent les esprits
    Qu’elle vive aujourd’hui en paix la piève de Carbini

    Traduction NURBERTU PAGANELLI prise ici

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

    Lettera d' Argentina

     Il est ici question d'exil d'un corse en Argentine ...

    (Capo 3)

    Mim

    I loca di quì 

            

    So fatti à lu to parè

    Mim

    Vularia chì

         

    Tuttu firmessi par mè

    Lam                     Si7

    Ma lu tempu si sbucina

    Lam                      Si7

    In 'ssa tarra d'Argentina

     

    Quale à po sapè

    Chi hè la me vita avà

    Qualcosa di tè

    Chi ferma in li ghjorni à fà

    Chi lu me passu strascina

    In 'ssa tarra d'Argentina

     

    Mim                   Ré

    Com'è l'armunia strana

    Lam                    Si7

    Chi risona tantu è più

    Lam                  Mim

    Com'è la tarra luntana

    Do            Lam      Si7

    Di a noscia ghjuventù

    Mim                      Ré

    Com'è quidda casa vechja

    Lam           Si7

    E lu paesi culà

    Lam                    Mim

    Com'è tanti fole à vechja

    Do          lam   Si7

    Chì tu sapii cuntà

     

    A chì po ghjuvà

    Di ramintassi dinò

    E chi firmarà

    Di li ricordi chi sò 

    Chjusi in l'ora citadina

    Di ssa tarra d'Argentina

     

    Tuttu ciò chi fù

    Un mi ne possu scurdà

    Ma dimmila tù

    Chì ferma in li ghjorni à fà

    Chì lu me passu strascina

    In 'ssa tarra d'Argentina

     

    Com'è la piazza tamanta

    Duve andavamu à ghjucà

    Com'è 'ssa risa chi ùn pianta

    In fondu à mè di chjamà

    Com'è li passi sicuri

    Chè tu purtavi quassù

    Com'è li chjassi primuri

    Di la noscia ghjuventù

     

    Mim Lam Mim Lam Mim

    E tù ...

     (F. Lanfranchi & N. Luciani/E. Gineste)

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique