• Accords Sunemu forum

    Inseme - I Muvrini

    Capo 2

    Intro:
    Lam/Sol/Rém/Mi/Lam

    Lam
    Simu ingrandati inseme
    Lam
    Cum'è matina è solè
    Sol
    Duve ch'o ci era eiu ci ere tù
    Rém
    Quand'hè venuta l'ora
    Rém/Mi
    Di diccilu l'amore
    Mi/Lam
    S'hè apertu lu fiore giuventù

    Lam
    Dumane ti ne vai
    Lam
    Trincanu e to strade
    Lam/Sol
    I toi l'abu decisa cusi
    Sol/Rém
    A nostra vita ormai
    Rém/Lam
    Averà stonde amare
    Lam/Mi/Lam
    Anch'ella e so ferite à guarri

    Un'ci vale pienti
    Ne ricumandazioni
    A luntananza tomba ogni vulè
    Morenu in li silenzii
    E piugrandi passioni
    Un torna chè fulena u piacè

    Si n'hè vistu digià
    Innamurati à bastanza
    Si n'hè vistu digia
    Maladi a spiccanza.

    Lam/Sol/Rém/Mi/Lam

    Lam
    Or simu sempre à tempu
    Lam
    Di metteci à palesu
    Lam/Sol
    U nostru amore tandu ingranderà
    Sol/Rém
    Li davanu accusentu
    Rém/Lam
    A'cio ch'ella diffesu
    Lam/Mi/Lam
    Quelli chi ci anu vulsutu spiccà.

    So dinù celu immensu
    Quelli ochji ammachjati
    I to basgi mi dicenu di si
    I ci femu stasera
    I più belli viaghji
    Demu vità à u sognu natu qui.

    Lam
    Quand'è no vulteremu
    Lam
    Coppiu di fughi dici
    Lam/Sol
    U paese addunitu canterà
    Sol/Mi
    I toi cù i mei
    Mi
    Senza piu fa capricci
    Mi/Lam
    Si metteranu anch'elli à Festighjà.

    Mi
    Emu da campà
    Mi
    Emu da campà
    Mi/Lam
    Emu da campà inseme.

    Lam/Sol/Rém/Mi/Lam 

     

    Ensemble

    Nous avons grandi ensemble
    Comme matin et soleil
    Tu étais là où j'étais
    Quand est venue l'heure
    De nous dire notre amour
    Notre jeunesse est éclose
    Comme une fleur

    Demain tu t'en vas
    Nos chemins divergent
    Les tiens l'ont ainsi décidé
    Notre vie désormais Connaîtra d'amers moments
    À guérir ses blessures

    Rien ne sert de pleurer
    Ni d'implorer le ciel
    L'éloignement tue la volonté
    Les plus grandes passions
    Meurent dans le silence
    Le plaisir devient poussière

    On en a vu des amoureux
    On en a vu tant et tant
    Maudissant leur séparation
    Mais il est encore temps
    D'avouer à tous nos sentiments
    Notre amour en sortira grandi

    Ceux qui ont voulu nous séparer
    Autoriseront alors
    Ce qui était défendu
    Ces yeux cernés
    Sont pour moi firmament
    Tes baisers me disent ton amour
    Nous ferons ce soir tous les deux
    Les plus beaux voyages
    Donnons souffle à ce rêve d'ici

    Lorsque nous reviendrons
    Couple de fugitifs
    Le village réuni chantera
    Les tiens avec les miens
    Sans faire plus de caprices
    Se mettront aussi à festoyer
    Nous allons vivre
    Nous vivrons
    Nous allons vivre ensemble

     

    Traduction prise

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Vocero o Matteu di la surella ; Mme Ehresmann-Franceschi ; chorale corse "A Paghjella "  1937

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k127227j

    O Mattè di la surella
    Di u to sangue preziosu
    N’anu lavatu la piazza
    N’anu bagnatu lu chjosu
    Un hè piu tempu di sonnu
    Un hè tempu di riposu

    Sò mute ancu le campane
    O Mattè lu me fasgianu
    Vede possa in un spurtelu
    La civa di lu Piuvanu
    Ch’eo la stracci cu li denti
    Eo la palpi co le mani.

    D'una razza cusì grande
    Lasci solu una surella
    Senza cugini carnali
    Povera, orfana, è zitella.
    Ma per fà la to vindetta
    Stà sicuru, basta anch'ella.

    ...

       O Matthieu, aimé de ta sœur
    De ton sang précieux
    Ils ont lavé la place
    Ils ont baigné l’enclos
    Il n’est plus temps de dormir
    Il n’est plus temps de se reposer

    Même les cloches sont muettes
    O Matteo mon cher faisan
    Que ne puis-je voir dans mon panier
    Les entrailles de ce Curé
    Que je les déchire avec les dents
    Que je les palpe avec mes mains

    D'une race si grande
    Tu ne laisses qu'une sœur,
    Sans cousins germains,
    Pauvre orpheline, sans mari...
    Mais pour te venger,
    Sois tranquille, elle suffit.

    Le troisième couplet est le dernier de "Eju filava a mio' rocca"  de Maria Felice di Calacuccia - Niolu

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Paci ! Bravo les jeunes !

    Capo 4

    Lam / Ré

    Lam
    In i me loca
    Do
    u so stintu hè
    Rém   Mi7
    com’ è un nivulu di fumu
    Lam         Do
    Hè sparitu ùn si sà comu,
    Rém         Mi7
    quali hè chì hà spintu issu lumu
    Fa        Lam
    Ùn si pò ritruvà
    Fa         Rém6  Fam6      
    È u vulemu firmà

    U me celi chì s’abbughja
    u infattemu troppu à spissu
    U silenziu ùn si capisci
    davanti à tamantu abissu
    A vi possu assigurà
    Ùn hè banalità

    Fa   Lam
    À u crucivia di a sintenza
    Sol          Do       Mi
    Hè scambiata a cuscenza
    Fa         Lam
    Com'è un'attu d'unori
         Rém6  Fam6        
    Oghji si strappani i cori
    Fa         Lam
    Sò tanti lizzioni indarru
    Fa                  Lam      Rém6  Fam6    
    U custattu hè cusì amaru

    A ruvina si custruci
    inghjalocu ugni ghjornu
    Di piantà la di parà la
    oghji n’avemu bisognu
    Ùn ci vò mai più sparà
    pà tuttu arrigulà

    In i me loca una vodda
    apparisci pianu pianu
    Di suminà granu novu
    pà accodda ni unu sanu
    Ùn pudemu stà sdrutti
    Muvimu ci tutti

    O  vindetti, o malfatti
    Vi faremu malamorti
    À u crucivia di tanti anni
    Faremu u nosciu dumani
    Chì u stintu di l’avvena
    Riposi à nantu à a paci

    Accords Sunemu

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Lien de la vidéo

    Anu Lasciatu

     

    capo 4 (en principe)

    Mim                                                  Si7

    Anu chjosu e scole u vechju campanile

    Lam                                                  Mim

    A nepita hè crisciuta à cantu à u casgile

                                Si7

    Anu lasciatu un fiore

           Lam          Mim

    Pè u mese d'aprile

     

     

    Anu chjosu e case quand'elli sò partuti

    Ma u sole hè vultatu mezu à i caracuti

    Sò firmati l'amori

    In li paesi muti

     

    Abbandunate l'orte è i prati à vaccheghju

    Ci corre una funtana è canta à trimuleghju

    Sò firmati i strazii

    À cantu à u cunceghju

     

    Ci hè un purtone apertu di castagnu tarlatu

    È nantu à u scalellu trentanove stampatu

    Anu lasciatu l'ore

    Di u tempu passatu

     

    Da sottu à una croce truvarete una scritta

    I nomi sò zuccati nantu à una petra arritta

    Anu lasciatu un pientu

    Una lacrima zitta

     

     

                              Si7                                 Mim

    Nantu à un muraglione anu postu in turchinu

    Lam                                             Mim

    Corsica Nazione di pettu à lu destinu

                                   Si7

    S’anu lasciatu un passu

                            Mim

    À mezu à lu caminu

    Si7                       Lam

    S’anu lasciatu un passu

    Mim

    Era l’ultimu fiatu

    Lam

    S’anu lasciatu un passu

    Mim

    U sole era chjinatu

                                   Si7

    S’anu lasciatu un passu

                               Mim

    Chì ùn hè ancu vultatu …

     

    GF Bernardini

     

    Ils ont laissé

    Ils ont fermé l'école le vieux clocher

    Près de la bergerie la marjolaine a poussé

    Pour le prochain avril

    Une fleur ils ont laissé

     

    Ils ont fermé les maisons quand ils s'en sont allés

    Le soleil dans les houx est revenu jouer

    Sont restés les amours

    Dans les villages muets

     

    Ils ont laissé jardins et prés à l'abandon

    Là-bas une fontaine murmure comme un frisson

    Auprès de la charrue

    Restent leurs afflictions

     

    Le portail de châtaignier vermoulu est ouvert

    Trente neuf est gravé sur le seuil de pierre

    Ils ont laissé les heures

    Qui nous parlent d'hier

     

    Tout en bas d'une croix quelques mots sont gravés

    Des noms sculptés sur une pierre dressée

    Il ont laissé un sanglot

    Une larme silencieuse

     

    Là-bas sur un grand mur en bleu ils ont écrit

    Corsica Nazione au destin de leur vie

    Ils ont laissé un pas

    Au milieu du chemin

    Ils ont laissé un pas

    Comme un soupir s'en vient

    Ils ont laissé un pas

    Au soleil couchant

    Ils ont laissé le pas

    D’un retour qu'on attend …

     

    GF Bernardini

    http://ampargualinguacorsa.blogspot.fr/2014/12/anu-lasciatu.html

    http://gbatti-alinguacorsa.pagesperso-orange.fr/textes/chansons/i-muvrini-anu-lasciatu.htm

    Partager via Gmail

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique