• U pastore di ghisoni - I Muvrini

    Per rompe a santa pace 

    Di a notte di Natale, 

    Dicembre avia sceltu 

    À prima ora vesperale 

    Di fà move à l'ispensata 

    Un funestu timpurale.

     

    Fraiu di tanu è timpesta

    Ne sufria la cuntrata

    Nu la piana à Cumineddu

    Da la neve accampata

    C' era una banda di capre

    A la morte cundannata

     

    A spicciera u pastore

    Corse ver di l'alta serra

    Da le borghe risunava

    U rughju di a fiumara

    Quandu chjama lu destinu

    Ùn c'hè forza chi u para.

     

    U duvere per la manu

    U s'hà presu, l'hà purtatu

    Fin'à la so bandarella,

    Mezu à ella hè cascatu

    Prima di francà la verga

    A u puntu signalatu.

     

    U pastore si murria

    À l'eternu si n'andava

    A banda di e so capre

    In chjerchju lu ricaldava

    Nu la notte negra è bianca

    A parca s'incaminava

     

    Mezu à le so caprarelle

    Si n 'hè mortu un gran pastore

    S'hè spentu quandu nascia

    U Bambinu redentore

    Ci aghju vistu cum'un cennu

    D'una manu superiore.

     

    Ci aghju vistu cum'un cennu

    D'una manu superiore.

     

    traduction

     

    Pour briser la quiétude 

    De la nuit de Noël 

    Décembre avait choisi 

    A l'heure vespérale

    De déchaîner soudain 

    Ses funestes tempêtes 

     

    Le fracas du tonnerre 

    Et les vents emportés 

    Faisaient trembler la terre

    Là-haut sur le plateau 

    Harcelé par la neige  

    Un troupeau condamné 

     

    Attendait son destin 

    Et la vallée roulait 

    Des eaux tumultueuses  

    Mais le berger soucieux  

    A entendu la voix 

    Et se hâte déjà 

    Vers le fatal appel

     

    Le devoir le mène  

    Jusqu'au troupeau perdu 

    C'est là qu'il est tombé 

    Des éléments victime

    Alors qu'il était près 

    De toucher à son but

     

    L'homme agonisant 

    Allant vers l'Eternel 

    Et son troupeau serré 

    En cercle lui faisait 

    Un giron de chaleur 

    Pendant qu'à la nuit noire  

    La faucheuse (la Parque) cheminait

     

    Au milieu de ses bêtes 

    Est mort ce grand pasteur 

    À ce moment précis 

    Où naît l'enfant Jésus 

    Et j'y vois comme un signe 

    Du plus haut descendu

     

    Et j'y vois comme un signe 

    Du plus haut descendu

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Janvier à 08:50

    Une très belle chanson Jean. Merci.

    Bises et bon samedi

    2
    Samedi 7 Janvier à 09:04

    Un must de la musique et de la chanson Corse.C'était la musique d'ouverture de mon ancien blog !

    Et puis mon épouse est originaire de ce très beau village....

    Bon samedi.

    3
    Samedi 7 Janvier à 09:10

    Merci pour ce partage muical 

    Bonne journée 

    4
    Samedi 7 Janvier à 11:24

    S U B L I M E !!! Quel plaisir d'entendre ce chant...

    Les photos aussi sont magnifiques.

    Merci à vous pour ce partage. 

    5
    Samedi 7 Janvier à 12:25

    Que dire d'autre que "ça prend aux tripes" ! Le texte et l'interprétation par I Muvrini .

    Les images sont magnifiques ; ce n'est pas la Corse "touriste" , elle est d'autant plus vraie et plus belle. La vie y est dure, surtout en hiver, en montagne. Pas évident , comme à Prato  ...ou ailleurs....

    Bises Jean et merci !

    Francine. (Clio)

    PS  : en septembre, je suis passée par Ghisoni  yes  , mais évidemment il y faisait encore beau.  

    6
    Samedi 7 Janvier à 16:36
    Renee

    Les paroles sont magnifiques merci de la traduction....quelle voix aussi! Bisousssssss

    7
    Dimanche 8 Janvier à 12:36

    probiù una  bella canzone ! forze una di é più belle di é nostre canzone

    8
    constance
    Dimanche 8 Janvier à 15:45

    Un moment de nostalgie intense pour moi qui suis si loin de la Corse!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :