• J'ai fait la connaissance de cette perle sur le blog http://frambie.eklablog.fr/, une mine

    Mark Knopfler - Fare Thee Well Northumberland

    Fare Thee Well Northumberland

                  DO (bourdon)

    Come drive me down to the central station

    I hate to leave my river Tyne

    For some damn town that's god-forsaken

    Fare thee well, Northumberland

    Although I'll go where the lady takes me

    She'll never tell what's in her hand

    I do not know what fate awaits me

    Fare thee well, Northumberland

     

                                  DO

    My heart beats for my streets and alleys

                        FA  FA/SOL             DO

    Longs to dwell in the borderlands

    The north-east shore and the river valleys

                        FA FA/SOL          DO

    Fare thee well, Northumberland

                          FA                    DO

    I may not stay, I'm bound for leaving

                                          DO/SOL  

    I'm bound to ramble and to roam

                DO

    I only say my heart is grieving

                            FA     FA/SOL           DO

    I would not gamble on my coming home

     

    DO

    Roll on, Geordie boy, roll

    Roll on, Geordie boy, roll

    Roll on, Geordie boy, roll

    Roll on, Geordie boy, roll

     

                            DO 

    So drive me down to the central station

                      FA  FA/SOL         DO

    I hate to leave my river Tyne

    For some damn town that's god-forsaken

               FA FA/SOL             DO

    Goodbye old friend of mine

                           FA                 DO

    Although I'll go where the lady takes me

                                       DO/SOL  

    She'll never tell what's in her hand

                     DO

    I do not know what fate awaits me

                        FA FA/SOL           DO

    Fare thee well, Northumberland

     

    DO

    So roll on, Geordie boy, roll

    Roll on, Geordie boy, roll

    Roll on, Geordie boy, roll

    Roll on, Geordie boy, roll

     

    ........................................

     

                  DO (bourdon)

    Come drive me down to the central station

    I hate to leave my river Tyne

    For some damn town that's god-forsaken

    Fare thee well, Northumberland

    Although I'll go where the lady takes me

    She'll never tell what's in her hand

    I do not know what fate awaits me

    Fare thee well, Northumberland

    Traduction coccinelle

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • J’atteste

     

    J’atteste qu’il n’y a d’être humain

    que celui dont le cœur tremble d’amour

    pour tous ses frères en humanité

     

    Celui qui désire ardemment

    plus pour eux que pour lui-même

    liberté, paix, dignité

     

    celui qui considère la Vie

    est encore plus sacré

    que ses croyances et ses divinités

     

    J’atteste qu’il n’y a d’être humain

    que Celui qui combat sans relâche

    la Haine en lui et autour de lui

     

    Celui qui,

    dès qu’il ouvre les yeux le matin,

    se pose la question :

    Que vais-je faire aujourd’hui

    pour ne pas perdre ma qualité et ma fierté

    d’être homme ?

     

    Abdellatif LAÂBI,

    le 10 janvier 2015

    Un autre du même auteur: "pourquoi on fait la guerre"

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Tu n'en reviendras pas toi qui courais les filles

    Jeune homme dont j'ai vu battre le cœur à nu

    Quand j'ai déchiré ta chemise et toi non plus

    Tu n'en reviendras pas vieux joueur de manille

     

    Qu'un obus a coupé par le travers en deux

    Pour une fois qu'il avait un jeu du tonnerre

    Et toi le tatoué l'ancien Légionnaire

    Tu survivras longtemps sans visage sans yeux

     

    On part Dieu sait pour où ça tient du mauvais rêve

    On glissera le long de la ligne de feu

    Quelque part ça commence à n'être plus du jeu

    Les bonshommes là-bas attendent la relève

     

    Roule au loin roule le train des dernières lueurs

    Les soldats assoupis que ta danse secoue

    Laissent pencher leur front et fléchissent le cou

    Cela sent le tabac la laine et la sueur

     

    Comment vous regarder sans voir vos déstinées

    Fiancés de la terre et promis des douleurs

    La veilleuse vous fait de la couleur des pleurs

    Vous bougez vaguement vos jambes condamnées

     

    Déjà la pierre pense où votre nom s'inscrit

    Déjà vous n'êtes plus qu'un nom d'or sur nos places

    Déjà le souvenir de vos amours s'efface

    Déjà vous n'êtes plus que pour avoir péri

     

    Monument aux morts de Mazaugues

     Lien très intéressant chez Clio

    Des liens sur "Fasgianu"

     

    http://fasgianu.eklablog.com/chjami-aghjalesi-le-chemin-des-dames-a113298632

    http://fasgianu.eklablog.com/11-novembre-la-chanson-de-craonne-a113122258

    http://fasgianu.eklablog.com/maudite-soit-la-guerre-quand-un-soldat-francis-lemarque-a113122234

    http://fasgianu.eklablog.com/je-te-cite-clio-quand-un-soldat-lemarque-c-b-brel-la-colombe-la-chanso-a113120300

    http://fasgianu.eklablog.com/dopu-cena-diciosetti-a114676024

    http://fasgianu.eklablog.com/verdun-guiducci-culioli-a112982690

    http://fasgianu.eklablog.com/le-11-novembre-2014-a-gardanne-a113254140

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Le siècle des réfugiés

    Paroles: Leny Escudero 
    Musique: Julian Escudero
    Année: 1982

    J'ai vécu
    Au siècle des réfugiés
    Une musette au pied de mon lit
    Avec la peur au ventre
    Des humiliés
    Des sans logis
    Qui tremblent
    Les oubliés
    Aux mal-partis
    Ressemblent

    Ils sont toujours les bras ballants
    D'un pied sur l'autre mal à l'aise
    Le cul posé entre deux chaises
    Tout étonné d'être vivant
    Ils sont souvent les en-dehors
    Ceux qui n'écriront pas l'histoire
    Et devant eux c'est la nuit noire
    Et derrière eux marche la mort

    Ils sont toujours les emmerdants
    Les empêcheurs les trouble-fêtes
    Qui n'ont pas su baisser la tête
    Qui sont venus à contre temps
    Dans tel pays c'est mal venu
    Venir au monde t'emprisonne
    Et chaque jour on te pardonne
    Puis on ne te pardonne plus

    J'ai vécu
    Au siècle des réfugiés
    Une musette au pied de mon lit
    Avec la peur au ventre
    Des humiliés
    Des sans logis
    Qui tremblent
    Les oubliés
    Aux mal-partis
    Ressemblent

    On peut souvent les voir aussi
    Sur les photos des magazines
    Essayant de faire bonne mine*
    Emmenez-moi au loin d'ici
    Ils ont des trous à chaque main
    C'est ce qui reste du naufrage
    Ils n'ont pas l'air d'être en voyage
    Les voyageurs du dernier train

    Ils sont toujours les séparés
    Le cœur perdu dans la pagaille
    Les fous d'amour en retrouvailles
    Qui les amènent sur les quais
    Et puis parfois le fol espoir
    Si elle a pu si elle arrive
    De train en train à la dérive
    Et puis vieillir sans la revoir

    J'ai vécu
    Au siècle des réfugiés
    Une musette au pied de mon lit
    Avec la peur au ventre

    Partager via Gmail

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique