• Le temps perdu - Jacques Prévert

    Devant la porte de l'usine

    le travailleur soudain s'arrête

    le beau temps l'a tiré par la veste

    et comme il se retourne

    et regarde le soleil

    tout rouge tout rond

    souriant dans son ciel de plomb

    il cligne de l'œil

    familièrement

    Dis donc camarade Soleil

    tu ne trouves pas

    que c'est plutôt con

    de donner une journée pareille

    à un patron ?

     

    Jacques Prévert

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Mai à 21:57

    Beau questionnement du soleil.Malheureusement il ne peut que briller !

    Bonne soirée.

    2
    Vendredi 25 Mai à 08:22

    C'est un très beau poème de Jacques Prévert, merci Jean !

    Bises et bon vendredi

    3
    Dimanche 27 Mai à 17:53

    C'est vrai que lorsque l'on travaille, on ne peut profiter du soleil... Vive la retraite !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :