• Spaventu - A Voce Di Gravona

    CAPO7
    Aghju vistu un istati piccià focu la tassinca 
     LAmin/SOL/LAmin

    S'innuzavanu tant'arburu stirpati come rimigna 
    LAmin/SOL/LAmin

    Sopr'a tutti quelli costi hè smarita ancu la vigna 
    LAmin/SOL/LAmin/SOL/LAmin

    ln faccia di stu lucali s'infiarava l'alta rocca 
    Curria fiara di u mali nant'i tetti di casali 
    Sott'un fumu infernali stesieranu l'animali

    Un saraghju mai quali tu se  
      LAmin-DO/SOL

    Gattivu sughjettu senza faccia 
      SOL/FA/DO/SOL

    Chi strughji pianu la nostra macchja 
     SOL-DO/SOL

    Senza misurà cio chi tu faci 
       SOL/FA/DO/SOL

    Cio chi tu faci       SOL/FA/SOL

    Si so tesi i fiumicelli sott'a cenera meschina 
    Ancu l'antica mucchjetta hè riduta in pulvina 
    Fughjenu spessu l'acelli u circondu in ruina

    Sott'u pesu di u calori a muraglia s'hè sfragliata 
    I fraschi portanu u dolu di a terra disguastata 
    Piegni lu vecchju cantonu a la testa musginata

    Po esse fieru di i to misfatti
    Tutt'i me lochi so sfigurati
    Un ci hè Ch'un tribunali divinu 
    Chi po ghjudicà li to picati

    Vuleria chi un ghjornu chjappu di altu rimorsu
    Sii prontu a rinicà mancanzi é stradi torti 
    Lascia campà la natura libera di la so sorti 
    Lascia campà la natura libera di la so morti

     

    Effroi
    J'ai vu un été prendre feu la Tassinca, 
    ... tant d'arbres extirpés comme chiendent, 
    sur tous ces flancs a disparu même la vigne, 
    en face de ce site s'embrasait l'Alta Rocca,
    la flamme du mal courait sur les toits des bâtiments, 
    sous une fumée infernale se coucheront les animaux, 
    je ne serais jamais qui tu es, mauvais sujet sans figure, 
    qui détruit lentement notre maquis,
    sans mesurer ce que tu fais, 
    ce que tu fais... 
    ils se sont tus les petits cours d’eau sous la cendre mesquine,
    même l'antique cistaie est réduite en poussière, 
    les oiseaux fuient en grande quantité le lieu en ruine,
    sous le poids de la chaleur la muraille s'est effondrée, 
    les branches portent le deuil de la terre détériorée, 
    le vieux rocher à la tête mâchurée pleure, 
    tu peux être fier de tes méfaits, 
    tous mes lieux sont défigurés, 
    il n'y a qu'un tribunal divin, 
    qui peut juger tes péchés, 
    je voudrais qu'un jour pris d’un profond remords, 
    tu sois prêt à renier fautes et chemins tordus, 
    laisse vivre la nature libre de son sort, 
    laisse vivre la nature libre de sa mort.

     

    accords et traduction trouvés sur Sunemu

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Lundi 23 Novembre 2015 à 10:51

    Une bien jolie chanson. Bises et bon début de semaine !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :