• QUANTU SÌ CAMBIATA - Ghjacumu FUSINA

    QUANTU SÌ CAMBIATA - Ghjacumu FUSINA

     Merci Micka :)

    QUANTU SÌ CAMBIATA (Mim, Lam, capo 1)

    S'è tù ti n'avveni la mio innamurata
    ne fecemu noi prumesse sulenne
    ancu senza festa per quelle le strenne
    la volsemu bella la nostra abbracciata
    ma oghje mi pare di sente e tintenne
    o Corsica mea quantu sì cambiata

    Sè tu t'arricordi di quella sbarcata
    colmi di speranze è di l'allegria
    c'era in core à noi cumu diceria
    un rispiru novu d'una sventulata
    mi parenu oghje tutte niscentrie
    o Corsica mea quantu sì cambiata

    Un paese spentu da la spenserata
    a campagna guasta da u lasciacorre
    a cità chì  ride di lu so rimore
    ogni cosa cara la sentu sbandata
    hè ghjunta amarezza ind'u nostru amore
    o Corsica mea quantu sì cambiata

    Da lu sognu fieru chì ti fece fata
    purtatu da l'omi nostri più sinceri
    à lu celu d'oghje dopu à quellu d'eri
    mi pare chì tuttu pigli la falata
    s'approntinu ghjorni d'angoscia è penseri
    o Corsica mea quantu sì cambiata

    Ma ùn vogliu perde la sperenza amata
    nè la vogliu sente la to malacella
    in mare turchinu una navicella
    mi fermerà in core, di neve impannata
    è in la mio memoria ci luce la stella
    di Corsica mea ch'ùn hè ma’ cambiata

     

     

    COMME TU AS CHANGÉ


    T'en souvient-il ma bien aimée
    des promesses et des serments
    et des étrennes des amants?
    C'était le temps de l'accordée
    mais aujourd'hui qu'est-ce que j'entends?
    Ô ma Corse, tu as bien changé!

    T'en souvient-il de notre arrivée
    de notre espoir, de l'allégresse
    avec au coeurs nos grands projets
    et ce souffle nouveau aussi?
    Qu'en reste-t-il aujourd'hui?
    Ô ma Corse, tu as bien changé!

    Un village s'est éteint d'être délaissé
    et la campagne meurt du laisser-aller
    la ville se complaît à son propre bruit
    chaque chose chère semble s'éloigner
    l'amertume dans l'amour est entrée
    ô ma Corse, tu as bien changé!

    Du songe si fier qui sut te faire fée
    par les plus sincères des nôtres portée
    au ciel d'aujourd'hui après celui d'hier
    tout, me semble-t-il, a bien régressé
    des jours d'angoisse et de souci s'annoncent
    ô ma Corse, tu as bien changé!

    Mais je ne veux perdre l'espérance ailée
    ni ne veux entendre les mauvais augures
    une île-navire dans la mer d'azur
    nous demeure au coeur, de neige coiffée
    et dans ma mémoire brillera toujours l'étoile
    de ma Corse belle qui n'a point changé!
     
    Traduction de Jacques Fusina prise sur le site UNA SI TU
     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 08:31

    j'aime beaucoup cette forme de poésie. mais toujours beaucoup de nostalgie. Je t'embrasse

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :