• ON LACHE RIEN... - HK & les Saltimbanks

    ON LACHE RIEN... - HK & les Saltimbanks

    ON LACHE RIEN... - HK & les Saltimbanks

    On lâche rien

    Du fond d' ma cité HLM
    Jusque dans ta campagne profonde,
    Notr' réalité est la même,
    Et partout la révolte gronde.
    Dans c'monde on avait pas not' place.
    On avait pas la gueule de l'emploi.
    On est pas né dans un palace.
    On avait pas la CB à papa.
    SDF, chômeurs, ouvriers,
    Paysans, immigrés, sans papiers,
    Ils ont voulu nous diviser,
    Faut dire qu'ils y sont arrivés.
    Tant qu'c'était chacun pour sa gueule,
    Leur système pouvait prospérer,
    Mais fallait bien qu'un jour on s'réveille
    Et qu'les têtes s'remettent à tomber
    ON LACHE RIEN
    Ils nous parlaient d'égalité,
    Et comme des cons on les a crus.
    "Démocratie", fais moi marrer,
    Si c'était l'cas on l'aurait su.
    Que pèse notre bulletin de vote,
    Face à la loi du marché ?
    C'est con mes chers compatriotes
    Mais, on s'est bien fait baiser.
    Et que pèsent les droits de l'homme
    Face à la vente d'un Airbus ?
    Au fond, y a qu'une seule règle, en somme :
    "Se vendre plus pour vendre plus".
    La République se prostitue
    Sur le trottoir des dictateurs.
    Leurs belles paroles on n'y croit plus,
    Nos dirigeants sont des menteurs.
    ON LACHE RIEN...
    C'est tellement con, tellement banal,
    De parler d' paix et de fraternité,
    Quand des SDF crèvent sur la dalle,
    Et qu'on mène la chasse aux sans papiers.
    Qu'on jette des miettes aux prolétaires,
    Juste histoire de les calmer;
    Qu'ils s'en prennent pas aux patrons-millionnaires,
    "Trop précieux pour notre société".
    C'est fou comme ils sont protégés
    Tous nos riches et nos puissants.
    Y pas à dire ça peut aider
    D'être l'ami du président.
    Cher camarade, cher "électeur",
    Cher "citoyen-consommateur",
    Le réveil a sonné, il est l'heure,
    d'remettre à Zéro les compteurs.
    Tant qu'y a d'la lutte y a d'l'espoir.
    Tant qu'y a d'la vie, y a du combat.
    Tant qu'on s'bat c'est qu'on est debout.
    Tant est qu'on est d'bout, on lâch'ra pas.
    La rage de vaincre coule dans nos veines.
    Maintenant tu sais pourquoi on s'bat.
    Notre idéal, bien plus qu'un rêve.
    Un autre monde, on a pas l'choix.
    ON LACHE RIEN...

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :