• PORTUGAL - le Fado

    Gaivota

    Se uma gaivota viesse

    Trazer-me o céu de lisboa

    No desenho que fizesse,

    Nesse céu onde o olhar

    É uma asa que não voa,

    Esmorece e cai no mar.

     

    Que perfeito coração

    No meu peito bateria,

    Meu amor na tua mão,

    Nessa mão onde cabia

    Perfeito o meu coração.

     

    Se um português marinheiro,

    Dos sete mares andarilho,

    Fosse quem sabe o primeiro

    A contar-me o que inventasse,

    Se um olhar de novo brilho

    No meu olhar se enlaçasse.

     

    Que perfeito coração

    No meu peito bateria,

    Meu amor na tua mão,

    Nessa mão onde cabia

    Perfeito o meu coração.

     

    Se ao dizer adeus à vida

    As aves todas do céu,

    Me dessem na despedida

    O teu olhar derradeiro,

    Esse olhar que era só teu,

    Amor que foste o primeiro.

     

    Que perfeito coração

    Morreria no meu peito,

    Meu amor na tua mão,

    Nessa mão onde perfeito

     

    Bateu o meu coração. 

     

    Si une mouette venait
    M'apporter le ciel de Lisbonne
    Dans le dessin qu'elle ferait
    Dans ce ciel où le regard
    Est une aile qui ne vole pas
    Faiblie et tombe dans la mer.

    Quel parfait cœur 
    Dans ma poitrine battrait
    Mon amour dans ta main, 
    Dans cette main qui contenait
    Parfaitement mon cœur.

    Si un marin portugais
    Des sept mers randonneur
    Fut qui sait le premier
    Me racontant ce qu'il inventerait
    Si un regard avec un brillant nouveau
    Dans le mien s'enlacerait.

    Si en disant adieu à la vie
    Tout les oiseaux du ciel
    Me donnaient lors de l'adieu
    Ton dernier regard
    Ce regard qui n'était que tien
    Mon amour, toi qui fut le premier.

    Quel parfait cœur 
    Dans ma poitrine mourrait
    Mon amour dans ta main, 
    Dans cette main où parfaitement
    A battu mon cœur.

    http://coelhinou.canalblog.com/archives/2008/01/03/7427680.html

    Gisela João - Meu Amigo Está Longe

    MCO 229 chanson lusophone

     

    Le texte du poème et la version d'Amália Rodrigues

     

     

    On ne peut pas ne pas mettre :

    CAP-VERT

    Sodade Cesária Évora (lien vers un article présent sur fasgianu)

     

    ANGOLA

    BRESIL

     

    Olha que coisa mais linda

    Mais cheia de graça

    É ela menina que vem e que passa

    Num doce balanço a caminho do mar

     

    Moça do corpo dourado do sol de Ipanema

    O seu balançado é mais que um poema

    É a coisa mais linda que já vi passar

     

    Ah! por que estou tão sozinho

    Ah! por que tudo é tão triste

    Ah! a beleza que existe

    A beleza que não é só minha

    Que também passa sozinha

     

    Ah! se ela soubesse que quando ela passa

    O mundo inteirinho se enche de graça

    E fica mais lindo por causa do amor

    http://letras.mus.br/stan-getz/1207156/

    Traduction

    Regarde, quelle chose plus belle
    Plus remplie de grâçe
    Que cette fille
    qui vient et qui passe
    Dans un doux balancement,
    sur le chemin de la mer

    Jeune fille au corps doré
    Par le soleil d’Ipanema
    Son balancement est plus
    qu’un poème
    C’est la chose la plus belle
    que j’ai vu passer

    Ah, pourquoi je suis si seul
    Ah, pourquoi tout est si triste
    Ah,la beauté qui existe
    La beauté qui n’est pas
    seulement mienne
    Qui passe aussi seule.

    Ah, si elle savait
    Que quand elle passe
    Le monde entier
    se remplit de grâçe
    Et devient plus beau
    grace à l’amour.

    MOZAMBIQUE

     

    TIMOR ORIENTAL

    Mai fali è

    (Portugais et Tetum)

    Chanson enfantine

     

    Mai fali è, fila fali è, 

    Mama bolu ita fali e.

    Loron atu tun ona, 

    Fulan atu sae ona.

    Mama bolu ita fali e.

     

    Allez, reviens, allez rentre à la maison

     

    Allez, reviens, allez rentre à la maison,

    Notre maman nous appelle.

    Le soleil se couche,

    La lune brille.

    Notre maman nous appelle.

    FRANCE

    Respectez-moi - Madalena Trabuco

     

    Respeitar, respeitar, respeitar, respeitar a terra

    Afinal é normal

    Petit poisson ne va plus à la mer

    Il reste au courant du marché des affaires

    Petit oiseau s’arrête à la frontière

    Il chante un air qui n’est plus très clair

    La terre voudrait nous dire

    Calmez-vous un instant

    et parlons du futur à présent

    Respectez, respectez-moi,

    Après tout c’est normal        (X2)

    Protégez, protégez-moi, 

    Où je fais un scandale

    Petit mouton mange t’il de l’herbe verte

    Il n’a pas l’air vraiment dans son assiette

    Petit garçon répond à la devinette

    « Qu’est ce qui est rond et fatigué qu’on l’embête ? »

    La terre voudrait nous dire

    « Calmez-vous un instant

    et parlons du futur à présent »

    Respectez, respectez-moi,

    Après tout c’est normal        (X2)

    Protégez, protégez-moi,

    Où je fais un scandale

    E a nossa mãe, é a nossa terra

    Respeitar a vida é respeitar o mundo

    do norte até o sul temos que acordar

    a terra quer dizer  « acalmem-se un momento

    e podemos então falar do futuro agora »

    Respectez, respectez-moi

    Afinal é normal

    Protégez, protégez-moi,

    ou vou protestar

    Respectez, respectez-moi

    Après tout c’est normal        (X2)

    Protégez, protégez-moi,

    Où je fais un scandale

     

    Et je finirai par ce qui me tient le plus à coeur ...

    Diffusée dans la nuit du 25 avril 1974, la chanson « Grândola » donne le signal de la Révolution des Œillets.

    MCO 229 chanson lusophone

     

    Pour MCO 230 du 30 septembre, voyez un peu si un sujet qui vous intéresse est à proposer aux autres, et dans ce cas adressez-vous icicool

    Le tableau récapitulatif des sessions se trouve sur le blog de Melofaroh/ Frambie  :  

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Le portugais est une des langues les plus parlées au monde, et l'histoire coloniale l'a parsemé un peu partout, cela donne une variété de thème et de types musicaux d'une grande richesse.

    On pourra voyager sur les cinq continents habités par les hommes et s'enrichir de nouveaux trésors.

    En voici un pour l'exemple

    ça vaut bien un détour n'est-ce pas ?

    Alors bon vol !

    Partager via Gmail

    9 commentaires
  • Le travail,

    l'envers du décor

    ...

    On en est là

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  MCO 226 "Musique et chansons de dessins animés" proposé par Clio

     

    Ano chiheisen kagayaku no wa
    Doko ka ni kimi wo kakushite iru kara
    Taku-san no hi ga natsukashii no wa
    Ano dore ka hitotsu ni kimi ga iru kara

    Saa dekake you
    Hitokire no pan
    Naifu, ranpu kaban ni tsume konde
    Do-san ga nokoshita atsui omoi
    Ka-san ga kureta ano manazashi

    Chikyuu wa mawaru kimi wo kakushite
    Kagayaku hitomi kirameku tomoshibi
    Chikyuu wa mawaru kimi wo nosete
    Itsuka kitto deau
    Bokura wo nosete

    Do-san ga nokoshita atsui omoi
    Ka-san ga kureta ano manazashi
    Chikyuu wa mawaru kimi wo kakushite
    Kagayaku hitomi kirameku tomoshibi
    Chikyuu wa mawaru kimi wo nosete
    Itsuka kitto deau
    Bokura wo nosete

     

    Cet horizon scintille,
    Parce qu'il te cache quelque part. 
    Je ne peux oublier les nombreuses lumières,
    Parce que tu te trouves sur l'une d'entre elles. 

    Alors pour ça je pars,
    Un morceau de pain,
    Un couteau, une lampe, fourrés dans mon sac
    Papa a laissé un désir brûlant,
    Maman m'a donné ce regard. 

    La Terre tourne, en te cachant. 
    Les yeux scintillant, la lumière étincelante. 
    La Terre tourne, en t'emportant,
    Un jour sans doute on se rencontrera,
    Et nous serons emportés. 

    Papa a laissé un désir brûlant,
    Maman m'a donné ce regard. 
    La Terre tourne, en te cachant. 
    Les yeux scintillant, la lumière étincelante. 
    La Terre tourne, en t'emportant,
    Un jour sans doute on se rencontrera,
    Et nous serons emportés. 

    http://hjg.com.ar/ghibli/musica/index.html

     

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • Musique à coeur ouvert, 224ème pour le 27 mai proposé par Ellerium.

    On ne le croirait pas mais on a bien failli sacrifier ce chef d'oeuvre de Jean Ferrat en 1963 sur l'autel de la réconciliation. Dangereuse conception que de prétendre construire sur l'oubli. Comme le dit le poème de Primo Levi pour la mémoire Si c'est un homme :

    "Répétez les à vos enfants.

    Ou que votre maison s'écroule,

    Que la maladie vous accable,

    Que vos enfants se détournent de vous."

    Non, personne n'est de taille à pouvoir nous arrêter, nous le disons à nos enfants, ils le diront aux leurs !

    Une autre censure, que je veux évoquer, ce n'est pas une censure à proprement parler mais ça revient au même, la Columbia records, en contrat avec Billy Holliday a refusé d'éditer la chanson "Strange fruit", on ne dispose pas de raisons officielles mais celles-ci sont facile à imaginer. Le titre sera publié par Commodore, heureusement, c'est un des chants de protestation les plus forts contre le racisme aux USA, les lynchages et le sort réservé à toute la population noire. Je possède ce disque, c'est mon trésor !

    J'ai déjà fait un article assez développé sur "Strange Fruit" : ici. Mais je l'évoque encore.

     Et celle-ci est-il besoin d'expliquer, texte de Brel :

    Pour la fin, selon moi, le meilleur : (y en a plein !)

    A voir ailleurs sur Fasgianu cette chanson interdite par le commandement militaire : La chanson de Craonne et deux autres tout aussi censurées. ICI

    Bon, je m'arrête mais c'est loin d'être fini !

    Partager via Gmail

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique