• Louise Michel

    Il y a 110 ans, le 9 janvier 1905,  décédait à Marseille Louise Michel, institutrice, révolutionnaire, anarchiste et féministe.

    Louise Michel



    CHANT DES CAPTIFS

    Ici l'hiver n'a pas de prise,
    Ici les bois sont toujours verts ;
    De l'Océan, la fraîche brise
    Souffle sur les mornes déserts,
    Et si profond est le silence
    Que l'insecte qui se balance
    Trouble seul le calme des airs.
    Le soir, sur ces lointaines plages,
    S'élève parfois un doux chant :
    Ce sont de pauvres coquillages
    Qui le murmurent en s'ouvrant.
    Dans la forêt, les lauriers-roses,
    Les fleurs nouvellement écloses
    Frissonnent d'amour sous le vent.
    Voyez, des vagues aux étoiles,
    Poindre ces errantes blancheurs !
    Des flottes sont à pleines voiles
    Dans les immenses profondeurs.
    Dans la nuit qu'éclairent les mondes,
    Voyez sortir du sein des ondes
    Ces phosphorescentes lueurs !
    Viens en sauveur, léger navire,
    Hisser le captif à ton bord !
    Ici, dans les fers il expire :
    Le bagne est pire que la mort.
    En nos coeurs survit l'espérance,
    Et si nous revoyons la France,
    Ce sera pour combattre encor !
    Voici la lutte universelle :
    Dans l'air plane la Liberté !
    A la bataille nous appelle
    La clameur du déshérité !...
    ... L'aurore a chassé l'ombre épaisse,
    Et le Monde nouveau se dresse
    A l'horizon ensanglanté !

    Hirondelle

    Hirondelle qui vient de la nuit orageuse,
    Hirondelle fidèle, où vas-tu ? dis-le-moi.
    Quelle brise t'emporte, errante voyageuse ?
    Écoute, je voudrais m'en aller avec toi,
    Bien loin, bien loin d'ici, vers d'immenses rivages,
    Vers de grands rochers nus, des grèves, des déserts,
    Dans l'inconnu muet, ou bien vers d'autres âges,
    Vers les astres errants qui roulent dans les airs.
    Ah ! laisse-moi pleurer, pleurer, quand de tes ailes
    Tu rases l'herbe verte et qu'aux profonds concerts
    Des forêts et des vents tu réponds des tourelles,
    Avec ta rauque voix, mon doux oiseau des mers.
    Hirondelle aux yeux noirs, hirondelle, je t'aime !
    Je ne sais quel écho par toi m'est apporté
    Des rivages lointains ; pour vivre, loi suprême,
    Il me faut, comme à toi, l'air et la liberté.

    Si j’allais au noir cimetière,
    Frère, jetez sur votre sœur,
    Comme une espérance dernière,
    De rouges œillets tout en fleurs.

    Dans les derniers temps de l’Empire,
    Lorsque le peuple s’éveillait,
    Rouge œillet, ce fut ton sourire
    Qui nous dit que tout renaissait.

    Aujourd’hui, va fleurir dans l’ombre
    Des noires et tristes prisons.
    Va fleurir près du captif sombre,
    Et dis-lui bien que nous l’aimons.

    Dis-lui que par le temps rapide
    Tout appartient à l’avenir
    Que le vainqueur au front livide
    Plus que le vaincu peut mourir.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Janvier 2015 à 12:38

    Lu et écouté avec beaucoup d'attention; Louise Michel, je connais bien sûr, mais pas trop "La Commune" ; je vais devoir réviser .... Bises . Francine. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :