• U ritrattu

     

    O cusi bellu ghjuvanottu, chè partutu à u fiore di l’età

    Hè partutu eramu in diciottu, cun prumessa di riturnà

    Aghju ind’è l’arechja a scarpata, di u sullatu chì si ne và

    U vecu fallà per a chjappata, dicendu « o Marì ùn ti ne fà ! »

     

    U ritrattu nantu a muraglia, hè una vera calamità

    Stringhje u core cum’è a tenaglia, di quella ch’ùn si pò scurdà

    Cusì dice a vechja Maria, quand’ella si mette à pensà

    A u sullatu d’infanteria, inquadratu tant’anni fà

     

    Eo mi ricordu una sera, m’hà dettu pigliendu u caffè

    Un vole finisce sta guerra, prestu credu tuccarà à mè

    E allora m’hà fattu sposa, pocu tempu vogliu vene à dì

    U tempu di lascià una cosa, chì dica ch’ellu hè statu quì

     

    Hè ingrandatu a nostra figliola, senza cunnosce u so Babbà

    Di u ritrattu nantu a cumoda, ùn si ne pò arricurdà

    Se tu voli un santu destinu, per i to figlioli o Ghjesù

    A tenuta di u pannu turchinu, fà ch’ell’ùn si veca mai più

     

    E dipoi a vechja Maria, u mandile ùn lu si caccia più

    Se i zitelli à chjamanu zia, dannu un fiore di ghjuventù

    Accords

    Corse Matin sur ce texte

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

    La nôtre est dans l'éternité d'un village
    Là où les lumières ont déposé la graine
    Celle de la liberté l'âme citoyenne
    Là où les paysans ont vu pleurer l'enfance au pied du monument.... des morts pour la France
    La nôtre est cet enfant sur le chemin de l'école
    Un cartable à la main des rêves plein les yeux
    Elle est dans les gestes qui ouvrent les chemins
    Connectée à la terre, connectée à demain

    La nôtre regarde son histoire et n'a pas oublié
    Qu'elle porte fièrement les cicatrices du monde ouvrier
    Elle est aussi dans l'héritage de toutes ces cultures dans le partage d'une tradition
    sous toutes ses coutures
    La nôtre est un village démesuré dont le sol tremble
    Ses habitants y ont grandi à l'ombre des Grands
    Ensemble
    Elle est ce père et cette mère qui voient
    l'avenir en un peu mieux
    Et cet enfant qui rentre de l'école des rêves plein les yeux

    Una terranova chi u to core prova
    Una terranova chi u to core trova

    Una terra umana beata funtana
    Una terra umana chi pesa ogni grana

    Une terre nouvelle que ton coeur essaie
    Une terre nouvelle dans ton coeur qui nait

    Une terre humaine heureuse fontaine
    Une terre humaine d'où lève la graine

    La notre a su se construire dans la difficulté
    C'est en relevant la tête qu'elle s'est faite une identité
    Elle a des murs trop gris su'on apprivoise
    Et qu'on assume
    Car même nos premières marmes ont séché
    Sur le bitume

    La nôtre est une flamme qui ne s'éteint pas
    Elle vient de la Terre du Commun
    Elle dit... mon pays a besoin du tien
    La nôtre est gravée sur le seuil des fontaines
    Et les arbres centenaires

    La nôtre est cette énergie aux milliers de visages
    Elle ne se laisse pas faire elle est l'enviet le courage
    Elle est mon slam et ta chanson pour l'amour
    de nos terre
    Car si les nôtres se ressemble c'est qu'elles ont du caractère

    La nôtre ne veut rien que garder son âme
    Ce sont nos langues qui vont fêter
    la différence et l'unité
    La nôtre n'est pas minoritaire, ni rancoeur, ni colère
    Ecoute... on est des milliers de frères...

    Une terre nouvelle que ton coeur essaie
    Une terre nouvelle dans ton coeur qui nait

    Une terre humaine heureuse fontaine
    Une terre humaine d'où lève la graine


    I Muvrini et Grand Corps Malade

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • LA min / FA / LA min / FA ….

     

     

    LA min / MI min
    Mintigunendu Petru Antonu
    FA / RE min / MI
    Si ne fala à la marina
    LA min / MI min
    Ingutuppatu in un pilonu
    FA / RE min / MI

    Luci a stedda matuttina

     

    RIPIGLIU

     

    LA min / FA
    Ind’è sta piaghja abbuttata
    FA / RE min / MI
    Da lu Turcu è lu Francesi
    LA min / FA
    À lavurà in sta ghjurnata
    FA / RE min / MI

    Ti custringhji u Ghjenuvesi

     

     

    LA min / FA / LA min / FA ….

     

     

    LA min / MI min
    À straziera ghjuvanucciu
    FA / RE min / MI
    Si ne fala da a muntagna
    LA min / MI min
    Quandu hè fiuritu lu tarabucciu
    FA / RE min / MI
    Vole à stantarà l’altagna

     

    LA min / MI min
    Nantu à sta piaghja disbittata
    FA / RE min / MI
    Ci stà un fiatu murtali
    LA min / MI min
    Ùn temi a morti spietata
    FA / RE min / MI
    Porti li to animali

     

     

    LA min / MI min
    Nantu à a strada ciuttulata
    FA / RE min / MI
    Pidda versu à a marina
    LA min / MI min
    A staghjoni hè principiata
    FA / SOL / DO / MI

    Hè siccata la vadina

     

     

    LA min / MI min
    Nantu à sta piaghja cumprata
    FA / RE min / MI
    Da lu riccu è lu banchieru
    LA min / MI min
    Lampu una chjama rivultata
    FA / RE min / MI
    Da metta fora u stragneru

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • CAPO3

     

    MI min/DO/LA min

    Baddaremu a guerra in corti di a scola

    LA min/RE/MI min

    Suldati d'una stonda cú li scusali scuri...

    MI min/DO/LA min

    E lu prufumu longu di sta risa chi svola

    LA min/RE …..SOL

    Sará d'inghjostru amaru é di cunfitura

     

    SOL/RE/MI min

    A spissu l'istatina, infiara l'aria bienna

    MI min/RE/SOL

    Da schjarisce in li visi, i nosci ochja ingridatti

    SOL/RE/MI min

    E tutti li sicreti spartuti dopu cena

    MI min/RE/MI min

    Ghjunti á li to labbra, só basgi impivarati

    MI min/RE/MI min

    Middi lumi d'arghjentu, di ramu e di mari

    MI min/RE/SOL

    in li vapori strani di la me zitiddina 

    SOL/RE/MI min

    Un firmaia piú nimu, era notti, mi pari

    MI min/RE/MI min

    E puri la to voci era cusi vicina...

     

    SOL/RE/MI min

    E po veni lu tempu, piu nudu é piu sicretu

    MI min/RE/SOL

    Paru á li to oghji d'isuli ch'un so mei

    SOL/RE/MI min

    Chi ciambotta li sensa é lu cori piu chetu

    MI min/RE/MI min

    Brusgendu per i strada u vanu di l'idei

    MI min/RE/MI min

    Mimoria vagabonda, immensa e fantina

    MI min/RE/SOL

    Inventa lindumani á senta lu so fiatu

    SOL/RE/MI min

    Ch'ormai i to ricorda ún so ché pulvarina

    MI min/RE/MI min

    U focu’lli so ghjorna m'há dighjá cunsumatu...

     

    SOL/RE/MI min

    Middi rimori dati com'é tanti pricheri

    MI min/RE/SOL

    E li sapori vani di cio chi un fu fattu

    SOL/RE/MI min

    Firmaiani li toi á di ch'é tú nun c'eri

    MI min/RE/MI min

    E tutti sti piaceri ch'eiu ún t'aghju cuntatu

    MI min/RE/MI min

    Middi rimi circati par di á tremavoci

    MI min/RE/SOL

    Ch'eiu ti tinia caru ma l'anni si so persi

    SOL/RE/MI min

    Ti sianu cuncessi sta tarra é una croci

    MI min/RE/MI min

    E com'é tistamenttu un pocu di sti versi...

     

    Traduction trouvée sur Sunemu

    Jeux

    Nous jouerons à la guerre dans la cour de l’école
    Soldats de quelques instants aux sombres tabliers
    Et le long parfum de ce rire qui s’envole
    Serait-il d’encre amère ou de confitures

    Souvent l’été enflamme l’air innocent
    Pour que s’éclaire sur les visages nos regards froncés
    Et tous les secrets échangés après dîner
    Venus à tes lèvres, ce sont des baisers poivrés

    Mille lumières d’argent de rameaux et de mers
    Dans les vapeurs étranges de mon enfance
    Il ne restait plus personne, il me semble qu’il faisait nuit
    Et pourtant ta voix était si proche

    Et puis vient le temps plus intimes, plus secret
    Semblable à tes yeux d’îles, qui ne m’appartiennent
    Bouleversant les sens et apaisant les cœurs
    En brulant sur la route la futilité des idées

    Mémoire vagabonde immense et candide
    Imaginant des lendemains auprès de ton souffle
    Car désormais tes souvenirs ne sont que poussières
    Le feu de ses jours m’a déjà consommé

    Mille bruits donnés comme tant de prières 
    Et les vaines saveurs de ce qui n’a pu être fait 
    Il restait les tiennes pour traduire ton absence
    Et tous ces plaisirs que je ne t’ai pas racontés 

    Mille rimes cueillies pour dire à voix tremblante
    Que je t’aimais mais les années se sont perdues
    Que cette terre et une croix te soient offertes
    Et comme testament un peu de ces vers 

    Partager via Gmail

    3 commentaires