• L'Albinu - Sciringa

    intro: Mim / Fa# / Lam / Mim

     

    Mim Fa#

    Ci simu allevati inseme in lu stessu carrughju

    Lam Mim

    Pensendu à l'avvene incù sogni zitelli

    Ma oghje la to strada ti porta versi u bughju

    Un liquidacciu biancu ghjè un micighju in le to vene

     

    Quella pulveretta bianca inde lu sacchitellu

    Durante una stonda ti face sunnià

    Eccu induv'ellu hè u to spiritu ribellu

    A vita di le to mani l'ai lasciata cascà

     

    Fa# Do-Si7 Mim-Lam

    Sappie chì sunnià poi sperà la vita, ùn hè micca campalla

     

    Ti disceti a matina filichendu in le to stacche

    E quellu biglietacciu tù speri caccià

    Ma sopr'à tutti li tufoni di le to bracce

    Ùn sai quanti manghjoni si lascianu ingrassà

    Sol Ré

    Ùn senti mancu i brioni di un populu decisu

    Lam Mim

    Chì vole stringhje in le so mani l'avvene

    Ma tù in le to mani ci stringhji una sciringa

    'Ssu lacramentu chì marturieghja e to vene

     

    Allinsigatu, incappiatu, ti lasci tumbà

     

    Mim Fa#

    Tù chì porti l'avvene à l'acu di a sciringa

    Lam Mim-Ré

    Tù chì campi per tuttu ciò chì hè artificiale

    Sol Ré

    Ma aprili 'ss'ochji è supranisci a rimigna

    Lam Mim-Ré

    Pianta d'ùn campà chè nant'un lettu d'ospidale

    Fiancu à fiancu marchjeremu versi lu nostru avvene

    È tù dinù dumane puderai briunà

    Chì tandu serà sangue chì correrà in le to vene

    A vita l'ai ammanita ti ci poi aghjumillà

     

    À 'ssa manu tesa, contru à a to morte, u spinu ùn li girà.

    Accords Sunemu

     

    Traduction trouvée sur Sunemu

    " Nous avons grandi ensemble dans le même quartier

    En voyant l'avenir à travers nos yeux d'enfants

    Mais aujourd'hui ta route te porte vers l'obscurité

    Ce liquide blanc est un suicide dans tes veines

    Cette poudre blanche dans le sachet

    Qui durant un instant te fait planer

    Voilà où est ton esprit rebelle

    Tu tournes le dos à la vie.

     

     

    Tu peux rêver ta vie mais ce n'est pas la vivre

     

     

    Le matin tu t'éveilles cherchant dans tes poches

    L'argent que tu souhaiterais y trouver

    Et malgré les trous que tu portes sur les bras

    Tu ne penses pas à ceux que tu enrichis

    Tu n'entends pas non plus les cris du peuple

    Qui veut prendre en main son avenir

    Car dans tes mains, tu serres une seringue

    Ce démon qui meurtri tes veines

     

     

    Charmé, piégé, tu te laisses tuer

     

    Toi qui vois l'avenir à travers l'aiguille d'une seringue

    Toi qui ne vis que par ce qui est artificiel

    Réveille toi et rejette ce poison

    Cesse de ne vivre que sur un lit d'hôpital

    Côte à côte nous marcherons vers notre avenir

    Et demain avec nous tu crieras

    Car le sang à nouveau coulera dans tes veines

    Prends ta vie en main et allie toi à nous

     

    Ne tourne pas le dos à cette main tendue, contre ta mort. "

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Mai à 15:30
    Renée

    Magnifique texte poignant et dur mais superbe. Bises

    2
    Vendredi 1er Mai à 15:40

    Triste réalité ! Emouvant !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :