• Ghjochi - Diana di l'alba

    CAPO3

     

    MI min/DO/LA min

    Baddaremu a guerra in corti di a scola

    LA min/RE/MI min

    Suldati d'una stonda cú li scusali scuri...

    MI min/DO/LA min

    E lu prufumu longu di sta risa chi svola

    LA min/RE …..SOL

    Sará d'inghjostru amaru é di cunfitura

     

    SOL/RE/MI min

    A spissu l'istatina, infiara l'aria bienna

    MI min/RE/SOL

    Da schjarisce in li visi, i nosci ochja ingridatti

    SOL/RE/MI min

    E tutti li sicreti spartuti dopu cena

    MI min/RE/MI min

    Ghjunti á li to labbra, só basgi impivarati

    MI min/RE/MI min

    Middi lumi d'arghjentu, di ramu e di mari

    MI min/RE/SOL

    in li vapori strani di la me zitiddina 

    SOL/RE/MI min

    Un firmaia piú nimu, era notti, mi pari

    MI min/RE/MI min

    E puri la to voci era cusi vicina...

     

    SOL/RE/MI min

    E po veni lu tempu, piu nudu é piu sicretu

    MI min/RE/SOL

    Paru á li to oghji d'isuli ch'un so mei

    SOL/RE/MI min

    Chi ciambotta li sensa é lu cori piu chetu

    MI min/RE/MI min

    Brusgendu per i strada u vanu di l'idei

    MI min/RE/MI min

    Mimoria vagabonda, immensa e fantina

    MI min/RE/SOL

    Inventa lindumani á senta lu so fiatu

    SOL/RE/MI min

    Ch'ormai i to ricorda ún so ché pulvarina

    MI min/RE/MI min

    U focu’lli so ghjorna m'há dighjá cunsumatu...

     

    SOL/RE/MI min

    Middi rimori dati com'é tanti pricheri

    MI min/RE/SOL

    E li sapori vani di cio chi un fu fattu

    SOL/RE/MI min

    Firmaiani li toi á di ch'é tú nun c'eri

    MI min/RE/MI min

    E tutti sti piaceri ch'eiu ún t'aghju cuntatu

    MI min/RE/MI min

    Middi rimi circati par di á tremavoci

    MI min/RE/SOL

    Ch'eiu ti tinia caru ma l'anni si so persi

    SOL/RE/MI min

    Ti sianu cuncessi sta tarra é una croci

    MI min/RE/MI min

    E com'é tistamenttu un pocu di sti versi...

     

    Traduction trouvée sur Sunemu

    Jeux

    Nous jouerons à la guerre dans la cour de l’école
    Soldats de quelques instants aux sombres tabliers
    Et le long parfum de ce rire qui s’envole
    Serait-il d’encre amère ou de confitures

    Souvent l’été enflamme l’air innocent
    Pour que s’éclaire sur les visages nos regards froncés
    Et tous les secrets échangés après dîner
    Venus à tes lèvres, ce sont des baisers poivrés

    Mille lumières d’argent de rameaux et de mers
    Dans les vapeurs étranges de mon enfance
    Il ne restait plus personne, il me semble qu’il faisait nuit
    Et pourtant ta voix était si proche

    Et puis vient le temps plus intimes, plus secret
    Semblable à tes yeux d’îles, qui ne m’appartiennent
    Bouleversant les sens et apaisant les cœurs
    En brulant sur la route la futilité des idées

    Mémoire vagabonde immense et candide
    Imaginant des lendemains auprès de ton souffle
    Car désormais tes souvenirs ne sont que poussières
    Le feu de ses jours m’a déjà consommé

    Mille bruits donnés comme tant de prières 
    Et les vaines saveurs de ce qui n’a pu être fait 
    Il restait les tiennes pour traduire ton absence
    Et tous ces plaisirs que je ne t’ai pas racontés 

    Mille rimes cueillies pour dire à voix tremblante
    Que je t’aimais mais les années se sont perdues
    Que cette terre et une croix te soient offertes
    Et comme testament un peu de ces vers 

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Décembre 2015 à 13:21

    J'adore !!!!!

    Bonne journée.

    2
    Samedi 5 Décembre 2015 à 17:00
    renee

    je suis passé voir si tu as fait le thème Arménie mais pas trouvé, j'ai regarder en soupirant les prisonnier mais te laisse des bisous ici.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :