• Canta u populu corsu - Ti vurria di

    Ti vurria dì

    Accords pris sur Sunemu

    Capo 3

     

    Lam / Mi

    Ti vurria dì, fratellu terraniu

    Lam / Do-Rém

    Ti vurria dì, chì eo sò orfaniu

    Rém / lam

    D'un idea santa, d'un lume supranu

    Sol / Mi

    Chì schjariva l'ore in primu veranu.

     

    Ti vogliu cuntà un locu più bellu

    Un spechju arrimbatu à un core zitellu

    Chì l'omu incabbiatu metisse à bramà

    Per stancià a so sete di fraternità.

     

    Do / Sol

    È ti vogliù dì chì u mio core pienghje

    Lam / Mi / Fa

    Un zitellu caru, una libertà

    Fa / Do

    Chì solu l'amore puderà fà spenghje

    Do / Rém / Fa-Mi

    Issu focu sanguinosu in la so pietà.

     

    Tì vurria dì, issa petra fatata

    Chjara cum'è l'acque di lu sunnià

    Chì ribomba in core ad ogni cantata

    Cum'è una parulla ragiu d'unità

     

    Eo vurria scrive issi passi cun tè

    Nantu à un'aria nova di terra impastata

    Cambiendu isse brame di pocu valè

    in farfalle d'oru ad ogni abbrucata

     

    Poi infine ditti chì u mio core spera

    In un'alba chjara, in a libertà

    Micca in quelle nera chì rima cun guerra

    Ma in issa stella rara, detta umanità.

     

    Adaptation trouvée sur la page FB de Angélique Bazziconi

     

    Je voulais te dire, frère de cette terre
    Je voulais te dire : je suis orphelin
    D'une noble idée et d'une lumière
    Qui illuminait chaque heure du matin.

     

    Je veux te décrire un nouvel Eden
    comme le reflet pur d'un coeur délivré
    Que l'homme étriqué se libère des chaines
    Pour pouvoir enfin se mettre à rever

    Et je veux te dire combien j'ai pleuré
    Un frère un ami une liberté
    Et seulement l'amour pourra faire cesser
    Ce feu meurtrier, au moins par pitié

    Je voulais donner cette pierre magique
    Claire autant que le sont ces eaux rêvées
    Qui nous frappent au coeur comme une musique
    Comme un seul mot pour nous rassembler

    Je voulais inscrire ces pas avec toi
    Sur un chemin blanc de paix et d'espoir
    Changer ces désirs qui ne nous vont pas
    En papillons d'or sur nos nouveaux soirs

    Puis enfin te dire que mon coeur espère
    Cette aube plus claire, cette liberté
    Mais surtout pas celle qui porte la guerre
    Mais celle qui grandit dans l'humanité

    (très)libre adaptation / ti vurria dì (JC Papi / M Cacciaguerra)

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :