• « Quand les blés sont sous la grêle fou qui fait le délicat... » Aragon. Allons voter dimanche ... Vendredi 04 Mai 2012

    "Une punition pour avoir identifié immigration et insécurité, pour avoir fait l’apologie d’une “identité nationale” fortement teintée de xénophobie, pour avoir organisé une chasse aux sans papiers jusque dans les classes des écoles, pour avoir osé identifier la viande hallal à une menace sur la France et associé l’immigré avec le terroriste, pour avoir inventé l’incroyable concept “d’apparence musulmane”, pour toutes ces vulgarités qui ont sali l’image même de liberté et de culture que l’histoire avait associée à quelques belles périodes de la France.

    En qualifiant désormais le Front national de “parti républicain”, Nicolas Sarkozy a dépassé toutes les bornes admissibles."JEAN-PAUL JOUARY

    La Rose et le réséda

    Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n'y croyait pas
    Tous deux adoraient la belle
    Prisonnière des soldats
    Lequel montait à l'échelle
    Et lequel guettait en bas
    Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n'y croyait pas
    Qu'importe comment s'appelle
    Cette clarté sur leur pas
    Que l'un fut de la chapelle
    Et l'autre s'y dérobât
    Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n'y croyait pas
    Tous les deux étaient fidèles
    Des lèvres du coeur des bras
    Et tous les deux disaient qu'elle
    Vive et qui vivra verra
    Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n'y croyait pas
    Quand les blés sont sous la grêle
    Fou qui fait le délicat
    Fou qui songe à ses querelles
    Au coeur du commun combat
    Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n'y croyait pas
    Du haut de la citadelle
    La sentinelle tira
    Par deux fois et l'un chancelle
    L'autre tombe qui mourra
    Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n'y croyait pas
    Ils sont en prison Lequel
    A le plus triste grabat
    Lequel plus que l'autre gèle
    Lequel préfère les rats
    Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n'y croyait pas
    Un rebelle est un rebelle
    Deux sanglots font un seul glas
    Et quand vient l'aube cruelle
    Passent de vie à trépas
    Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n'y croyait pas
    Répétant le nom de celle
    Qu'aucun des deux ne trompa
    Et leur sang rouge ruisselle
    Même couleur même éclat
    Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n'y croyait pas
    Il coule il coule il se mêle
    À la terre qu'il aima
    Pour qu'à la saison nouvelle
    Mûrisse un raisin muscat
    Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n'y croyait pas
    L'un court et l'autre a des ailes
    De Bretagne ou du Jura
    Et framboise ou mirabelle
    Le grillon rechantera
    Dites flûte ou violoncelle
    Le double amour qui brûla
    L'alouette et l'hirondelle
    La rose et le réséda

    Louis Aragon

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Chirgu lu me Chirgù -Traditionnel

    (La photo de la chanteuse, Diana Saliceti, est issue du site "Tarrori è Fantasia"

    Chirgu lu me Chirgù -Traditionnel

    Lam
    ‘Du’ (sé) stat’ ari sera,
    Mi Mi7 Lam
    Chirgu lu me Chirgu,
    Lam
    ‘Du’ (sè) stat’ari sera,
    Mi Mi7 Lam
    Chirgu lu me Chirgu,
    Mi Mi7 Lam
    Gran’ cavalier’ d’onore.

    Lam
    So stat’ind’è me ‘namurata,
    Mi Mi7 Lam
    Signor', la me mama,
    Lam Mim7 Lam
    So stat’ind’è mio ‘namurata,
    Mi Mi7 Lam
    Signor', la me mama,
    Mi Mi7 Lam
    Me core (chi) si ne va.

    Lam
    Chi t’ha datu per cena,
    Mi Mi7 Lam
    Chirgu lu me Chirgu,
    Lam
    Chi t’ha datu per cena,
    Mi Mi7 Lam
    Chirgu lu me Chirgu,
    Mi Mi7 Lam
    Gran’ cavalier’ d’onore.

    Lam
    Un anguila di terra,
    Mi Mi7 Lam
    Signor', la me mama,
    Lam Mim7 Lam
    Un anguila di terra,
    Mi Mi7 Lam
    Signor', la me mama,
    Mi Mi7 Lam
    Mio core (chi) si ne va.

    Lam
    (E) chi pezzu t’hà tuccatu,
    Mi Mi7 Lam
    Chirgu lu me Chirgu,
    Lam
    (E) chi pezzu t’hà tuccatu,
    Mi Mi7 Lam
    Chirgu lu me Chirgu,
    Mi Mi7 Lam
    Gran’ cavalier’ d’onore.

    Lam
    Lu capu ‘cù la coda,
    Mi Mi7 Lam
    Signor', la me mama,
    Lam Mim7 Lam
    Lu capu ‘cù la coda,
    Mi Mi7 Lam
    Signor', la me mama,
    Mi Mi7 Lam
    Mio core (chi) si ne va.

    >La version de Pierre Gambini

    >La version de Bernardu Pazzoni

    Traduction "http://pierregambini.bandcamp.com/track/chirgu"

    Ou étais-tu hier soir,
    Chirgu, O mon Chirgu,
    Grand chevalier d’honneur.

    J’étais chez mon amour,
    Seigneur, ma chère mère,
    Je sens mon cœur qui part…

    Que t’a-t-elle donné à manger,
    Chirgu, O mon Chirgu,
    Grand chevalier d’honneur.

    Une anguille de terre,
    Seigneur, ma chère mère,
    Je sens mon cœur qui s’en va…

    Quel morceau as-tu eu,
    Chirgu, O mon Chirgu
    Grand chevalier d’honneur.

    La tête avec la queue,
    Seigneur, ma chère mère,
    Je sens, mon cœur s’en va…

    Traduction : (Don Antone Luciani) : -Où as-tu été, hier soir, Chirgu , mon petit Chirgu ? Grand cavalier d’honneur ?
    -J’ai été chez mon amoureuse, madame, ma Maman Maman, mon cœur qui s’en va .
    -Que t’a-t-elle donné pour souper , Chirgu , mon petit Chirgu ? Grand cavalier d’honneur ?
    -Una anguille de terre, madame , ma maman . Mon cœur qui s’en va .
    -Et quel morceau as-tu reçu , Chirgu , mon petit Chirgu ? Grand Cavalier d’honneur ?
    -La tête avec la queue, madame ma Maman . Mon cœur qui s’en va . (http://www.myspace.com/bernardupazzoni/blog/529565161)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Besame Mucho - Consuelo Velázquez

    Nos chères disparues ...

    Besame Mucho - Consuelo Velázquez

    Besame mucho
    P.Sevran/S.Lebrail/C.Velasquez

    Besame, besame mucho
    Cette chanson d'autrefois, je la chante pour toi
    Besame, besame mucho
    Comme une histoire d'amour qui ne
    finirait pas
    On l'a chantée dans les rues
    Sous des ciels inconnus et dans toute la France
    On la croyait oubliée
    Et pour mieux nous aimer, voilà qu'elle recommence

    Besame, besame mucho
    Si dans un autre pays ça veut dire : "Embrasse-moi"
    Besame, besame mucho
    Toute ma vie je voudrais la chanter avec toi

    On ne demande à l'amour
    Ni serment de toujours, ni des corps fantastiques
    Pour nous aimer il nous faut, simplement
    Quelques mots qui vont sur la musique

    Besame, besame mucho
    Si dans un autre pays ça veut dire : "Embrasse-moi"
    Besame, besame mucho
    Toute ma vie je voudrais la chanter avec toi

    Besame, besame mucho.

    Besame, besame mucho,
    Como si fuera esta noche la ùltima vez,
    Besame, besame mucho,
    Que tengo miedo perderte,
    Perderte otra vez.

    Quiero tenerte muy
    Cerca, mirarme en tus
    Ojos, verte junto a mì,
    Piensa que tal vez
    Mañana yo ya estaré
    Lejos, muy lejos de ti.

    Besame, besame mucho,
    Como si fuera esta noche la ùltima vez,
    Besame mucho,
    Que tengo miedo perderte,
    Perderte después.

    Accords de guitare

    Intro : Am Dm E7 Am

    Am Dm
    Besame, besame mucho
    Dm E7 Am Am7 Am7
    cette chanson d'autrefois je la chante pour toi
    A7 Dm
    Besame, besame mucho
    Am B7 E7 Am
    comme une histoire d'amour qui ne finirait pas


    Dm Am
    On l'a chanté dans les rues sous des ciels inconnus
    E7 Am
    et dans toute la France
    Dm Am
    on la croyait oubliée et pour mieux nous aimer
    E7 Am
    voilà qu'elle recommence


    Am Dm
    Besame, besame mucho
    Dm E7 Am Am7 Am7
    si dans un autre pays ça veut dire "embrasse-moi"
    A7 Dm
    Besame, besame mucho
    Am B7 E7 Am
    toute ma vie, je voudrais la chanter avec toi


    Dm Am
    On ne demande à l'amour ni serment de toujours
    E7 Am
    ni décor fantastique
    Dm Am
    Pour nous aimer il nous faut simplement quelques mots
    E7 Am
    qui vont sur la musique


    Am Dm
    Besame, besame mucho
    Dm E7 Am Am7 Am7
    si dans un autre pays ça veut dire "embrasse-moi"
    A7 Dm
    Besame, besame mucho
    Am B7 E7 Am
    toute ma vie, je voudrais la chanter avec toi
    Am E7 Am
    Besame, besame mucho


    Outro : Am7 Dm E7 Dm Am7

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • ¡Ay Carmela!

    Prometemos resistir Ay Carmela, ay Carmela

    ¡Ay Carmela!

    Interprétation de Gómez Naharro

    Interprétation de Antoine Ciosi

     

     

    El ejercito (El paso)del Ebro

    El Ejército del Ebro
    Rumba la rumba la rumba bam bam!
    Una noche el río pasó,
    Ay Carmela, ay Carmela.
    Y a las tropas invasoras
    Rumba la rumba la rumba bam bam !
    Buena paliza les dió,
    Ay Carmela, ay Carmela.
    El furor de los traidores
    Rumba la rumba la rumba bam bam !
    Lo descarga su aviación,
    Ay Carmela, ay Carmela.
    Pero nada pueden bombas
    Rumba la rumba la rumba bam bam !
    Donde sobra corazón,
    Ay Carmela, ay Carmela.
    Contrataques muy rabiosos
    Rumba la rumba la rumba bam bam !
    Deberemos resistir,
    Ay Carmela, ay Carmela.
    Pero igual que combatimos
    Rumba la rumba la rumba bam bam !
    Prometemos combatir,
    Ay Carmela, ay Carmela.

    Traduction

    L'armée de l'Èbre
    Rum bala rum bala rum ba la !
    Une nuit passa le fleuve
    Ay Carmela, ay Carmela.
    Et aux troupes d'envahisseurs
    Rum bala rum bala rum ba la !
    Elle donna une bonne raclée
    Ay Carmela, ay Carmela.
    L'aviation des traîtres
    Rum bala rum bala rum ba la !
    passe sa fureur sur nous
    Ay Carmela, ay Carmela.
    Mais les bombes ne peuvent rien
    Rum bala rum bala rum ba la !
    Là où il y a plus de cœur qu'il n'en faut
    Ay Carmela, ay Carmela.
    À des contre-attaques enragées
    Rum bala rum bala rum ba la !
    Nous devrons résister
    Ay Carmela, ay Carmela.
    Comme nous avons combattu
    Rum bala rum bala rum ba la !
    Nous promettons de combattre
    Ay Carmela, ay Carmela.
    L'armée de l'Èbre
    Rum bala rum bala rum ba la !
    L'armée de l'Èbre
    Ay Carmela, ay Carmela.

    Accord (forum sunemu)
    LAm(4fois)/MI(4fois)
    LAm(4fois)/MI(4fois)
    LAm(3fois)/SOL(3fois)/FA(3fois)/MI(3fois)
    LAm(3fois)/SOL(3fois)/FA(3fois)/MI(3fois)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Quallandi - Angelique Bazziconi/Michel Solinas - Diana Saliceti

    Je crois avoir déjà dit qu'on ne laisse pas assez chanter les femmes, l'ai-je assez dit ? Voici Diana Saliceti, avec Michel Solinas.

    Quallandi - Angelique Bazziconi/Michel Solinas - Diana Saliceti

    Quallandi

    Ci sò l'anime perse d'un pudè si tuccà
    Ci sò e mani afflitte d'un pudè si più stringhje
    Ci sò sorte straziate d'un pudè si amà
    Lumere eppuru sode chì u destinu spinghje
    Quallandi,
    Aldilà di lu mare, francatu e muntagne
    Dopu ave traversatu i fiumi è e fureste
    Quallandi,
    Duvè le notte sò più longue è piu pagne
    È chì ancu lu ghjornu di negru si riveste
    Quallandi,
    In issu nordu grisgiu più tristu chè l'infernu
    Duve lu fretu vince u sole chì si more
    Quallandi,
    Duve ogni stagione sumiglia à l'invernu
    Ci campa una zitella chì mi ferma in core

    Quallandi©10-10
    Poème de Angelique Bazziconi musique Michel Solinas
    http://versume.blogspot.fr/2010/10/quallandi.html


    Quallandi
    Capo2

    Lam
    Ci sò l'anime perse d'un pudè si tuccà
    Rém
    Ci sò e mani afflitte d'un pudè si più stringhje
    Do
    Ci sò sorte straziate d'un pudè si amà
    Fa Sol
    Lumere eppuru sode chì u destinu spinghje
    Lam
    Quallandi,

    Lam
    Aldilà di lu mare, francatu e muntagne
    Rém
    Dopu ave traversatu i fiumi è e fureste
    Quallandi,
    Do
    Duvè le notte sò più longue è piu pagne
    Fa Sol
    È chì ancu lu ghjornu di negru si riveste

    (Quallandi,)

    Lam
    In issu nordu grisgiu più tristu chè l'infernu
    Rém
    Duve lu fretu vince u sole chì si more
    Quallandi,
    Do
    (Duve) ogni stagione sumiglia à l'invernu
    Fa Sol
    Ci campa una zitella chì mi ferma in core
    Lam Fa lam Fa Lam ….
    Quallandi

    (Pont musical)

    Lam
    Ci sò l'anime perse d'un pudè si tuccà
    Rém
    Ci sò e mani afflitte d'un pudè si più stringhje
    Do
    Ci sò sorte straziate d'un pudè si amà
    Fa Sol
    Lumere eppuru sode chì u destinu spinghje
    Lam Fam lam Fam …
    Quallandi, …………………..
    Aldilà di lu mare ………..

    (Pont musical)

    Quallandi©10-10
    Poème de Angelique Bazziconi musique Michel Solinas

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique