• Puesia - Voci di a Gravona

    Puesia - Voci di a Gravona

    Puesia (accords : sunemu)

    LA min / SOL
    A l’orizonti infiarati
    LA min / SOL
    Da l’accendita crudelli
    LA min / SOL
    Lagni brioni è scunpienti
    SOL / FA / MI
    Tòmbani tanti frateddi.

    Sighjuzeghjani i populi
    Nant’a tarra sanguinosa
    Piègnani qualchi suredda
    Un figliolu, una sposa.

    LA min / SOL / FA / MI
    Puesia rinfresca l’aria
    LA min / SOL / FA / MI / MI 7
    Di issi lochi ghjastimati.

    Rimori di i stacchetti
    Chì ven’à pista u chjassu
    Ind’ un passu militaru
    Fàcini tantu fracassu

    S’aviccina a scarpata
    Sò centu sò deci milla
    Spavintèghjani issi lochi
    Ghjugni a varghja civila.

    Puesia rinfresca l’aria
    Di issi lochi ghjastimati.

    E trèmani di paura
    Ind’i carciari aguastati
    I ziteddi miseriosi
    Ind’i so panni a stracciati.

    Casticati di natura,
    Eterni persecutati,
    A so ùnica scelta :
    Sottumissi ò ammazzatti.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Gipsy Kings - Trista Pena

    Gipsy Kings - Trista Pena

    Solo
    E -----------------------0-------------------------------
    B -------------------------------------------------------
    G ---0--2--4--5424-----2--2402--0--2---------------------
    D --------------------------------------4--454--0--------
    A --------------------------------------------------2----
    E -------------------------------------------------------

    Em Em
    Yo se que un dia volvera
    Bm
    Triste pena
    Am Em
    Yo la voy a guscar
    (x2)

    Bm
    Yo no me acuredo de ella
    Am Em
    Amor amor amado
    Am Bm
    Amor ya agitando
    Am Em
    Amor con mi querer

    Am Em
    Hoy para vivir
    Em Bm
    Amor confundir
    Bm
    Y no sage llorar
    Am Em
    Hoy manana vivir
    Em Bm
    No sares confundir
    Am
    Un amor de verdad
    Em
    Pero ya lo siento ya

    (Solo 2x)

    Bm
    La que mas queria
    Am Em
    Amor mas agitanado
    Am Bm
    Amor ya mas agitanado
    Am Em
    Amor ya sin tu querer


    Hoy para vivir
    Amor confundir
    Y no sabe llorar
    Hoy manana vivir
    No sares confundir
    Un amor de verdad
    Pero ya lo siento ya

    Hoy para vivir
    Amor confundir
    Y no sabe llorar
    Hoy para vivir
    Amor confundir
    Y no sabe llorar
    Quienes un amor verdad

    Triste douleur

    Je sais qu'un jour elle reviendra
    Triste douleur
    Allez, oublie-la

    Je sais qu'un jour elle reviendra
    Triste douleur
    Je pars à sa recherche

    Déjà je l'ai presque oubliée
    Amour amour amertume
    Amour digne des gitans
    Amour du fond du cœur

    Aujourd'hui il faut vivre
    L'amour m'a bouleversé
    et je ne sais pas pleurer
    Aujourd'hui, demain, vivre
    Je ne peux me tromper
    Le vrai, le grand amour
    Je le connais déjà

    Celle que j'aimais tant
    Amour digne des gitans
    Amour plus que gitan
    Amour mais tu ne m'aimes plus

    Aujourd'hui il faut vivre
    L'amour m'a bouleversé
    et je ne sais pas pleurer
    Aujourd'hui, demain, vivre
    Je ne peux me tromper
    Le vrai, le grand amour
    Je le connais déjà

    Aujourd'hui il faut vivre
    L'amour m'a bouleversé
    et je ne sais pas pleurer
    Aujourd'hui il faut vivre
    L'amour m'a bouleversé
    et je ne sais pas pleurer
    ce vrai, ce grand amour

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Beata Funtanella - Ghjuliu Bernardini - Battista ACQUAVIVA

    Scritta dà Ghjuliu Bernardini

    Beata Funtanella - Ghjuliu Bernardini - Battista ACQUAVIVA

    Beata Funtanella

    La Mi La
    Ùn circava furtuna nè destinu
    La Mi(Ré)La
    M'incaminava solu à l'acqua fresca
    La Mi La
    Cun l'ombra di a luna pè vicinu
    (La) Mi(Ré)La
    In manu bilancendu a mio giaretta
    Ré La
    Quandu scuntrai à tè indu lu caminu
    (La) Mi(Ré)La
    In capu à l'usu anticu a to sechja.


    Quessa un'ha vistu sole o damicella
    E mi fest'un surisu viziosu
    Di poi fusti per mè cum'è a stella
    Chi sà guidà l'amanti à locu oscosu
    È sempre à listessa ora la più bella
    Di quella funtanella fui amurosu.

    Ùn mi mancaste mai o Chjara Stè
    Chi fuste tù per mè u primu amore,
    Di sechja é di giaretta più n'un c'hè
    Ma sempre per tè batte lu mio core
    Beata funtanella di San Pè
    E a so acqua fresca senza sole.

    Beata funtanella di San Pè
    E a so acqua fresca senza sole.

    Accords plus simples à jouer en arpèges
    La
    Ùn circava furtuna nè destinu
    (La) Mi La
    M'incaminava solu à l'acqua fresca
    La
    Cun l'ombra di a luna pè vicinu
    (La) Mi La
    In manu bilancendu a mio giaretta
    (La) Ré La
    Quandu scuntrai à tè indu lu caminu
    (La) Mi La
    In capu à l'usu anticu a to sechja.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • U mo fior d'alisu - Feli et Marie Jo

    U mo fior d'alisu - Feli et Marie Jo

    Quellu tempu à curatti quant'ellu hè statu pocu
    E notte cu i ghjorni un'alata
    A prima zitellina si n'hè digià andata
    A teni un'antra manu per strada

    A sera à l'attrachjata t'aspettu impaziente
    A sera trema sempre una mamma
    Un ti ne scurdà mai d'issa voce chi chjama
    Ancu s'è un'antra voce hè presente

    RIPIGLIU :
    U mo fior'd'alisu
    U mo paradisu
    Di a machja folta
    U core si tù

    A mo sperenzona
    A parte più bona
    Di a mo canzona
    U cantu si tù

    Avà chi si ingrandatu hè ora di sapella
    Duve u fiume piglia surgente
    Duv'ellu passa ponti acqui dolce o dulente
    Hè ora di pruvatti à la ghjente

    T'aghju amparatu un arte cerca à fanne bon'usu
    Ma s'è tu scegli un antru caminu
    Varghi cum'ella varghi ti seremu vicinu
    Qui l'usciu ùn ti serà mai chjosu

    RIPIGLIU

    U tempu s'hà frustatu tante scale mutali
    U fiume corre sempre à u mare
    Duve l'amore hà fattu u so nidu ci pare
    Di sente avviuccià voce care

    GHJUVAN-TERAMU ROCCHI

    Capo 2
    Lam Mi7 Lam
    Quellu tempu à curatti quant'ellu hè statu pocu
    Mi7 Lam
    E notte cu i ghjorni un'alata
    Lam Sol Lam
    A prima zitellina si n'hè digià andata
    Mi7 Lam
    A teni un'antra manu per strada

    A sera à l'attrachjata t'aspettu impaziente
    A sera trema sempre una mamma
    Un ti ne scurdà mai d'issa voce chi chjama
    Ancu s'è un'antra voce hè presente

    RIPIGLIU :
    Mi Mi7
    U mo fior'd'alisu
    Lam
    U mo paradisu
    Mi Mi7
    Di a machja folta
    Lam
    U core si tù

    A mo sperenzona
    A parte più bona
    Di a mo canzona
    U cantu si tù

    Mim Si7 Mim
    Avà chi si ingrandatu hè ora di sapella
    Mim Si7 Mim
    Duve u fiume piglia surgente
    Lam Si7 Mim
    Duv'ellu passa ponti acqui dolce o dulente
    Si7 Mim
    Hè ora di pruvatti à la ghjente

    T'aghju amparatu un arte cerca à fanne bon'usu
    Ma s'è tu scegli un antru caminu
    Varghi cum'ella varghi ti seremu vicinu
    Qui l'usciu ùn ti serà mai chjosu


    RIPIGLIU :
    Si Si7
    U mo fior'd'alisu
    Mim
    U mo paradisu
    Si Si7
    Di a machja folta
    Mim
    U core si tù

    A mo sperenzona
    A parte più bona
    Di a mo canzona
    U cantu si tù

    Mim Si7 Mim
    U tempu s'hà frustatu tante scale mutali
    Mim Si7 Mim
    U fiume corre sempre à u mare
    Mim Ré Mim
    Duve l'amore hà fattu u so nidu ci pare
    Si7 Mim
    Di sente avviuccià voce care

    RIPIGLIU :
    Si7
    U mo fior'd'alisu
    Mim
    U mo paradisu
    Si7
    Di a machja folta
    Mim
    U core si tù

    A mo sperenzona
    A parte più bona
    Di a mo canzona
    U cantu si tù

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Les Mains négatives - Marguerite Duras Les Mains négatives,Texte de Marguerite Duras, dans Le Navire Night, Le Mercure de France, 1979

    Les Mains négatives - Marguerite Duras

    On appelle mains négatives, les peintures de mains trouvées dans les grottes magdaléniennes de l’Europe Sub-Atlantique. Le contour de ces mains - posées grandes ouvertes sur la pierre - était enduit de couleur. Le plus souvent de bleu, de noir. Parfois de rouge. Aucune explication n’a été trouvée à cette pratique.

    Devant l'océan
    sous la falaise
    sur la paroi de granit

    ces mains

    ouvertes

    Bleues
    Et noires

    Du bleu de l'eau
    Du noir de la nuit

    L'homme est venu seul dans la grotte
    face à l'océan
    Toutes les mains ont la même taille
    il était seul

    L'homme seul dans la grotte a regardé
    dans le bruit
    dans le bruit de la mer
    l'immensité des choses

    Et il a crié

    Toi qui est nommée toi qui est douée d'identité je t'aime

    Ces mains
    du bleu de l'eau
    du noir du ciel

    Plates

    Posées écartelées sur le granit gris

    Pour que quelqu'un les ait vues

    Je suis celui qui appelle
    Je suis celui qui appelait qui criait il y a trente mille ans

    Je t'aime

    Je crie que je veux t'aimer, je t'aime

    J'aimerai quiconque entendra que je crie

    Sur la terre vide resteront ces mains sur la paroi de granit face au fracas de l'océan

    Insoutenable

    Personne n'entendra plus

    Ne verra

    Trente mille ans
    Ces mains-là, noires

    La réfraction de la lumière fait frémir la paroi de pierre

    Je suis quelqu'un je suis celui qui appelait qui criait dans cette lumière blanche

    Le désir

    le mot n'est pas encore inventé

    Il a regardé l'immensité des choses dans le fracas des vagues, l'immensité de sa force

    et puis il a crié

    Au-dessus de lui les forêts d'Europe,
    sans fin

    Il se tient au centre de la pierre
    des couloirs
    des voies de pierre
    de toutes parts

    Toi qui est nommée toi qui es douée d'identité je t'aime d'un amour indéfini

    Il fallait descendre la falaise
    vaincre la peur
    Le vent souffle du continent il repousse l'océan
    Les vagues luttent contre le vent
    Elles avancent
    ralenties par sa force
    et patiemment parviennent
    à la paroi

    Tout s'écrase

    Je t'aime plus loin que toi
    J'aimerai quiconque entendra que je crie que je t'aime

    Trente mille ans

    J'appelle

    J'appelle celui qui me répondra

    Je veux t'aimer je t'aime

    Depuis trente mille ans je crie devant la mer le spectre blanc

    Je suis celui qui criait qu'il t'aimait, toi

     

     

    Pour comprendre : Même confusion des temps et résurgence des récits dans 

    Les Mains négatives. Ses travellings dessinent une lente avancée à travers Paris, que vient creuser la référence à ces dessins de mains retrouvées dans maintes cavernes magdaléniennes. Ainsi s’effile une ode à l’humanité, et à tous ses exclus, que le jour, à peine levé sur la ville, n’a pas encore forcés à disparaître. Son murmure résonne longtemps : «Tout s’écrase, je t’aime plus loin que toi. J’aimerai quiconque entendra que je crie que je t’aime.»

    Emmanuelle Lequeux

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique