• Affrescu

    Affrescu (pour ma petite fille, Naïs)

    Marcellu Acquaviva / Jean-Claude Acquaviva – Akhenaton - Bruno Coulais
    Arrangeurs : Akhenaton - Bruno Coulais, 1999
    Composé en 1999 sur un texte de Marcellu Acquaviva pour
    "Comme un aimant"

    Affrescu

    Affrescu

    Stu tribbiu chi un ventu hà purtatu luntanu
    Storia di l'omi andati privi di u so ribombu
    Figlioli di un matticciu chi una sciabula hà tombu
    Cascati in u furore di e mosse chi sanu
    Quant'ell'hè dolce è lindu u tempu di e speme

    Una sapara casa duv'è passati l'anni
    A l'anni accatastati da ghjunghje sin'à noi
    E le petre pisate cum'è stelli d'eroi
    Da omi à tesse nebibie da omi à parà danni
    Una cù l'altri nati in core à noi inseme

    E cispre cù l'arcusgi è l'acciaghju murtale
    U fiume chi trascina à libertà culpita
    I morgani ind'è l'ochji chjosi nantu a vita
    E u sole chi more nant'à un vechju sciappale
    Da fà pienghje la terra da fà li di ghjasterne

    L'oramai chi hè di punta à l'aghja nova
    Tuttu impastatu à sonnii è à lascite antiche
    Quandu si cala u sguardu è vedee vistiche
    Di un passatu chi indetta una storia ritrova
    Ingarmigliata tutta à ondere è à gemme

    Fresque

    De sauvages bourrasques ont au loin projeté
    Ces pierres de mémoire que sculptèrent des hommes
    Eux les fils du granit qu'un glaive à mis à mort
    Au milieu des fureurs des révoltes qui disent
    Combien est dense et grand le temps de l'espérance

    Depuis toi qui vécus dans cette grotte sombre
    Des années puis des siècles afin de nous rejoindre
    Et vous autres menhirs aux frontons de héros
    Par des mains érigés contre vents et marées
    Vous tous tressés et dignes aux creux de notre histoire

    Puis vint le fracas mortel d'arguebuses et d'acier
    Un fleuve qui charria la liberté vaincue
    Ces gouffres de regards orphelins de la vie
    Et ce soleil mourant sur d'antiques falaises
    A faire trembler la terre de pleurs et de blasphèmes

    Mais est venu ce temps emergeant des espaces nouveaux
    Tout pétri d'héritage et de mondes à créer
    Quand des yeux sans bandeaux enfin se dessillèrent
    Sur tout ce qui fut tu et criblé par l'affront
    Ce temps ou s'enchevêtrent le sable et le diamant

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :