• A serva

    A serva

     

    Mim / Lam / Mim / Ré / Mim

    Mim / Lam / Mim

    Eiu paisanu fieru Ghjurnatantu è disgraziatu

    Mim / Lam / Ré-(Si7)

    Vogliu cantà l'addisperu di lu mio amore scunciatu

    Mim / Lam / Mim

    Anghjula pura è fantina di u veranu più bellu fiore

    Mim / Lam / Ré

    Si n'andò quella matina à fà serva à li signori

     

    Sol / Do / Sol

    Anghjula anghjula mea a ruvina mi purtasti

    Sol / Do / Sol- Si7

    Stu ghjornu duve n'andasti in li sgiò

    Mim

    E ne francasti lu purtò

     

    Mim / Lam / Mim / Ré / Mim

    Mim / Lam / Mim

    L'estate l'aria infiarava eri stanca à la funtana

    Mim / Lam / Ré-(Si7)

    A to ciretta pisava sott'a quella sciappittana

    Mim / Lam / Mim

    Eu rozu travagliadore ùn truvai mai la stonda

    Mim / Lam / Ré

    Ellu, giovanu signore bellu, ti girava in tondu

     

    Sol / Do / Sol

    Anghjula anghjula mea fu cusì , nun ricusasti

    Sol / Do / Sol- Si7

    A to ghjuventu li dasti à stu sgio

    Mim

    Chì in la so casa t'ingannò

     

    Mim / Lam / Mim

    Tra è cardellina è u corbu matrimonii ùn ne pò nasce

    Mim / Lam / Ré-(Si7)

    Puru un criaturu in corpu u sgiò ingratu ti tralascia

    Mim / Lam / Mim

    Stu ghjornu era festa in piazza misurati à to sciagura

    Mim / Lam / Ré

    Spusava una di razza ricca, di ceppu sicuru....

     

    Sol / Do / Sol

    Anghjula anghjula mea issa pistola chè tù purtasti

    Sol / Do / Sol-Si7

    A ti cacciai, ùn la mi dasti è u sgiò...

    Mim

     

    Fù a mio manu chì u tumbò...

    Moi, fier paysan
    Travaillant toute la journée et malheureux
    Je veux chanter le désespoir
    de mon amour avorté

    Anghjula, pure et célibataire
    Du printemps la plus belle fleur
    Partie, ce matin-là
    Pour devenir servante des Messieurs

    Anghjula, mon Anghjula
    Le désespoir tu m'as apporté
    Ce jour où tu t'en es allée
    Chez les Messieurs
    Et où tu as franchi leur porte

    L'été, l'air était étouffant
    Tu étais fatiguée, à la fontaine
    Ta cruche te pesait
    Sous cette canicule

    Moi, fruste je travaillais
    Je ne trouvais jamais le moment
    Lui, jeune et beau Monsieur,
    te tournait autour

    Anghjula, Mon Anghjula
    C'était cela, ne le nies pas
    Tu lui as donné ta jeunesse
    A ce Monsieur,
    Et dans sa maison, il te trompa

    Entre un chardonneret et un corbeau
    Aucun mariage ne peut naître
    Avec un enfant dans le ventre
    Le Monsieur, ingrat, te délaissa

    Ce jour là, il y avait la fête sur la place
    Et tu mesurais ton infortune
    Il épousa, une de sa race,
    De souche riche, bien entendu

    Anghjula, mon Anghjula
    Ce pistolet que tu tenais
    Je te l'ai enlevé, tu ne me l’as pas donné
    Et ce Monsieur
    Mourut par ma main... (traduction, origine sunemu)

     

     
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :