• A paghjella di l'impiccati

    Un chant qui souffre

    L'IMPICCATI

    Si vo ghjunghjite in Niolu
    Ci viderete un cunventu
    Di u Tempu u tagliolu
    Un ci n'hà sgassatu pientu
    Eranu una sessantina
    Chjosi in pettu à u spaventu

    Dopu stati straziati
    Da i boia o chi macellu
    Parechji fumu impiccati
    Ci n'era unu ziteliu
    l'anu tuttu sfragellatu
    E di rota è di cultellu

    Oghje chi ghjè oghje in Corscia
    Fateci casu una cria
    Si pàte sempre d'angoscia
    Intesu di Marcumaria
    Era quessu u so nome
    Mancu quindeci anni avia

    Si vo ghjunghjite in Niolu
    Ci viderete un cunventu
    A brama d'ogni figliolu
    A ci dice ancu u ventu
    Libertà libertà sempre
    Dopu à tamantu spaventu


    Le Chant Des Pendus
     
    Si vous passez par le Niolu
    Vous y verrez un couvent
    Es pleurs qui encore l'entourent
    N'ont pu être effacés après le temps
    Ils étaient près de soixante
    Pris au coeur de l'épouvante.
     
    Après avoir été torturés
    Par les bourreaux, quel massacre !
    Plusieurs furent pendus
    Il en était un tout jeune
    Son corps fut mis en lambeaux
    Par la roue, par le couteau

    Aujourd'hui encore à Corsica
    Si vous y prêtez attention
    L'angoisse est encore palpable
    A la seule évocation de son nom
    Cet enfant s'appelait Marcu Maria
    Il n'avait même pas quinze ans.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :